A Tulle, l'association des anciens combattants vent debout contre un groupuscule d'extrême droite

L'ANACR appelle à une grande marche de rassemblement samedi 17 mars à Tulle. / © France 3 Limousin
L'ANACR appelle à une grande marche de rassemblement samedi 17 mars à Tulle. / © France 3 Limousin

Depuis un mois, le projet d'installation à Tulle de la Division nationaliste révolutionnaire, un groupuscule d'extrême droite, indigne les habitants. L'association des anciens combattants et amis de la résistance en Corrèze a déposé plainte contre eux, pour outrage aux martyrs de Tulle.

Par Anouk Passelac

A 80 ans, Michel Trésallet est un homme en colère: "Voir renaître le nazisme, ça devient insupportable.", se désole le président du comité corrézien de l'ANACR, l'association nationale des anciens combattants et amis de la résistance.

Cela fait un mois que le projet d'un groupuscule d'extrême droite, la Division nationaliste révolutionnaire (DNR) de s'installer à Tulle fait polémique. La semaine dernière, un texte injurieux et antisémite a rajouté de l'huile sur le feu en critiquant violemment la mobilisation des opposants au DNR, le 17 février dernier.

A Tulle, l'association des anciens combattants vent debout contre un groupuscule d'extrême droite
Intervenants: Michel Trésallet, président comité local ANACR / Bernard Combes, maire (PS) de Tulle. Reportage: Laetitia Théodore, Pierre Gauthier, Jean-Laurent Cire.



Une plainte déposée et une marche organisée samedi


Pour les familles, comme celle de Michel, dont le père faisait partit des 149 raflés du 9 juin 1944, l'émotion est profonde: "Je ne peux pas accepter que mon père soit mort pour rien. On a le sentiment qu’ils sont morts pour rien."

En réaction, l'association des anciens combattants a décidé de porter plainte pour outrage fait au martyrs de Tulle. Elle organise également une grande marche, samedi 17 mars, sur une partie du chemin de mémoire dédié aux victimes de la barbarie nazie. Un défilé en silence et sans drapeau,
pour dire "non" au fascisme.

A lire aussi

Sur le même sujet

Hervé Brunaux raconte les Joliot-Curie à Clairvivre

Les + Lus