Coup de filet contre l'ultra-droite: trois personnes arrêtées dans la Vienne et en Charente-Maritime

Publié le Mis à jour le
Écrit par Christina Chiron .

Dans la nuit de samedi à dimanche, dix militants de l'ultra-droite ont été arrêtés en France pour un projet d'attaque contre des musulmans. Parmi les interpellés, trois individus originaires de la Vienne et de Charente-Maritime

Ils ont quitté la gendarmerie de Poitiers ce matin, direction la région parisienne. Deux hommes et une femme, originaires de la Vienne et de Charente-Maritime ont été arrêtés samedi soir par le groupe opérationnel de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) dans le cadre d'une enquête sur un projet d'attaque visant des musulmans. 

En tout, dix personnes ont été arrêtées et placées en garde à vue. Selon nos confrères de Mediapart, l'un des suspects avait constitué à son domicile un laboratoire de fabrication d'explosifs.  

Leur cible : des personnes de confession musulmane. Selon TF1-LCI qui a révélé ce vaste coup de filet, ils visaient notamment des imams, des détenus islamistes sortant de prison ou des femmes voilées, choisies au hasard dans la rue.
 

Le chef de file interpellé en Charente-Maritime

Les arrestations ont été menées par les policiers de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) à travers la France. Deux suspects ont été arrêtés en Corse, a appris l’Agence France-Presse (AFP). Des interpellations ont aussi eu lieu en Gironde, en Charente-Maritime et dans la Vienne.
 


Parmi les interpellés figure le chef de file présumé de ce réseau, Guy S., retraité de la police nationale et habitant de Tonnay-Charente (17) et son épouse, âgée de 65 ans et fille de militaire.

L'avocate de cette dernière s'est entretenue avec elle dimanche soir vers 22 heures, pendant une trentaine de minutes. Son avocate relate : "elle m'a dit qu'elle n'y comprenait rien. La police est arrivée chez elle en fracturant la porte, ils ont tout fouillé. Elle avait les larmes aux yeux".

Il lui est notamment reproché d'avoir tenu "certains propos sur son blog". Son ordinateur a été saisi.  


Des membres du groupuscule AFO

Toujours selon nos confrères de TF1-LCI, tous sont soupçonnés d'être des membres du groupuscule AFO, pour Action des forces opérationnelles, dirigé par Guy S. Ce groupe aurait pour objectif de défendre "l'identité française" et combattre "l'islamisation du pays". 

L'opération s'est déroulée sur commission rogatoire d'un juge d'instruction antiterroriste parisien saisi d'une information judiciaire pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle". 

Dans un tweet, le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a salué "l'engagement constant de la DGSI qui veille au quotidien à la protection des Français face à toute action violente, d'où qu'elle vienne".
 
Les dix militants ont été placés en garde à vue pour 96 heures. La plupart sont inconnus des services de police. L'enquête devra déterminer le degré d'avancement et de maturité du projet.
C'est la deuxième fois en moins d'un an que la DGSI démantèle un groupuscule de l'ultra-droite.

Plus d'informations à venir dans notre journal de midi
 
Coup de filet contre l'ultra-droite: trois personnes arrêtées dans la Vienne et en Charente-Maritime
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité