Colère des agriculteurs : la Coordination rurale 23 investit les locaux de la MSA à Guéret

Une soixantaine d'agriculteurs a répondu à l'appel du syndicat Coordination rurale 23. Ils ont notamment pénétré dans les locaux de la MSA, la Mutualité sociale agricole, pour tenter de "dialoguer" avec la direction. Ils demandent une aide trésorière immédiate.

Des dizaines de tracteurs ont convergé cet après-midi vers la MSA de Guéret. Après avoir déversé du fumier devant l'entrée, une soixantaine d'agriculteurs a pénétré dans les locaux, avec la ferme intention de se faire entendre... "On peut attendre toute la nuit… Ce sont des locaux qui nous appartiennent un tout petit peu... Qui va nous foutre dehors ? On a le droit d’investir ces locaux." a notamment lancé l'un d'entre eux.  

... en vain puisque les locaux étaient vides. "Quand c’est pour nous envoyer des rappels de cotisation il y a du monde, mais là il n'y a plus personne…" déplore Florian Tournade, le président de la Coordination rurale 23. 

Nouvelles mesures

Ce matin, Gabriel Attal a annoncé de nouvelles mesures depuis l'hôtel de Matignon pour calmer la grogne des agriculteurs.

Un projet de loi sera présenté avant l'été pour "renforcer le poids de nos agriculteurs dans les négociations commerciales et donc améliorer leurs revenus" selon les mots du Premier ministre. Un mécanisme européen devrait également voir le jour.

L'obtention de visas pour les saisonniers étrangers sera facilitée, alors que l'agriculture peine à trouver des bras. 

Sur l'utilisation des pesticides, la France va s'aligner sur les normes européennes - moins contraignantes - et abandonner l'indicateur de mesure de réduction qu'elle utilise actuellement.

Malgré la fatigue, des agriculteurs continuent de rejoindre le mouvement comme Julien Peyrot, éleveur bio à Azerables en Creuse. Pour lui, toutes ces mesures sont insuffisantes. "Ils ne sont pas conscients du mal-être qu'il y a dans l'agriculture. Ce que l'on attend aujourd'hui, ce sont des trésoreries et une visibilité à long terme parce qu'on emprunte des sommes folles."

Les agriculteurs attendent donc de pied ferme les nouvelles annonces d'Emmanuel Macron samedi, lors de l'inauguration du Salon de l'agriculture.