• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Deux alpagas au Parc aux Loups de Chabrières

Un couple d'alpagas au parc aux loups de Chabrières. / © France 3 Limousin
Un couple d'alpagas au parc aux loups de Chabrières. / © France 3 Limousin

Le Parc aux Loups des monts de Guéret a depuis quelques jours deux nouveaux pensionnaires : un couple de jeunes alpagas. Ces broutards, originaires d'Amérique-du-Sud, sont aujourd'hui présents en France, où ils sont élevés pour leur laine, à très haute valeur ajoutée.
 

Par O.A. / France 3 Limousin

Ils sont déjà les chouchous des animateurs du parc. Arrivés il y a à peine deux semaines d'un élevage de Bellac, ces deux alpagas accueilleront désormais les visiteurs et auront pour seule mission d’être mignons.
 

"Des animaux peu présents en parc animalier"


"Ces animaux sont des animaux d’accueil, assez porteur pour nous, qui ont un charme fou. C’est une bonne entrée en matière pour aller voir ensuite les autres animaux du parc" explique Abel Guittard, directeur du Parc aux Loups.

Monsieur, couleur chocolat, a un an, Madame, en blanc, a un an et demi. Bien sûr, aucun rapport avec le loup, qui n'a jamais croqué ce broutard originaire d'Amérique-du-Sud. Pourtant, leur présence n'a rien d'insolite : les alpagas complètent la mini ferme du parc. "C’est des animaux qu’on présente peu en parc animalier. Il était important de faire voir qu’il y a d’autres animaux domestiques aussi."
 
Deux alpagas au Parc aux Loups de Chabrières
Le Parc aux Loups des monts de Guéret a depuis quelques jours deux nouveaux pensionnaires : un couple de jeunes alpagas. Ces broutards, originaires d'Amérique-du-Sud, sont aujourd'hui présents en France, où ils sont élevés pour leur laine, à très haute valeur ajoutée. - France 3 Limousin - M. Camp, P. Tanger, B. Boulesteix

Dès qu'il sera acclimaté, ce gentil petit couple aura la permission de baguenauder à l'entrée du parc. D'abord, pour remplacer la tondeuse, et puis pour se faire papouiller par les visiteurs.

Et puis comme dans toutes les belles histoires, on espère bien qu'ils feront pleins jolis bébés. Mais cela, ça ne sera pas avant 2020.
 

Sur le même sujet

Le nouveau revers du village des marques à Coutras

Les + Lus