Deux Niortaises participent au Laponie Trophy, un raid extrême 100 % féminin

Publié le Mis à jour le
Écrit par Christina Chiron avec Alain Darrigrand

Hélène et Sonia viennent de rejoindre la Finlande. Ces deux Niortaises participent à partir de ce vendredi 24 janvier 2020 à un raid 100 % féminin, le Laponie Trophy, une compétition extrême dans la neige et le froid, par - 30 degrés. Nous avons suivi leur préparation. 

A l'assaut du grand froid. Un défi, ou plutôt un cadeau que se sont offert Hélène et Sonia, deux Niortaises. Elles sont cadres en assurance et mères de famille, mais surtout givrées de sport durant leur temps libre. Il faut bien ça pour oser partir au pays du Père-Noël pour le Laponie Trophy. Pendant trois jours, les deux femmes vont affronter la neige et le froid par - 30 degrés lors de ce raid 100 % féminin.
Mais comment se préparer à ces conditions extrêmes lorsque l'on habite dans les Deux-Sèvres ? 
 

Et bien cela commence par un footing... dans un congélateur industriel. Double paires de gants, cagoule isotherme et c'est parti pour 30 minutes de course au milieu des cartons de crèmes glacées par - 25 degrés. 

Là on travaille la respiration, la résistance au froid aussi. Habituer son corps à des températures négatives c'est vraiment important.
- Sonia Thomas, Concurrente du Laponie Trophy

Pour cette compétition en duo, le binôme s'entraîne pratiquement tous les jours. Sonia se prépare depuis deux ans, Hélène depuis quelques mois seulement. Au programme, cardio, footing, musculation... et fat bike, un vélo équipé de grosses roues tout terrain.

C'est un vélo que l'on aura sur la deuxième épreuve, le run & bike. Ca permet de rouler sur le sable et aussi sur la neige avec évidemment des grosses roues.
- Hélène Morrisseau, Concurrente du Laponie Trophy

Des précautions pour affronter le froid

S'aventurer la quarantaine passée dans le cercle polaire nécessite forcément quelques précautions. Pour observer les réactions de leur corps et écarter tout risque médical, le binôme réalise également des séances de cryothérapie. Des séances de quatre minutes par - 85 degrés.

Le risque, c'est un risque au niveau cardiaque parce qu'on est pas habitués à faire des efforts avec des températures extrêmes. Mais je pense qu'elles sont prêtes à aller affronter la Laponie.
- Joanna Fleming, Infirmière à Cryo World

Des motivations personnelles

C'est la première aventure extrême des deux concurrentes, et chacune a ses motivations pour aller au bout d'elles-mêmes. Hélène Morisseau souhaite franchir un nouveau cap. 

Quand on est sportif c'est comme ça. Je ne peux pas l'expliquer. On commence toujours par des petites distances et on va plus loin, plus loin, plus loin. Là c'est l'opportunité d'aller chercher quelque chose de différent, et certainement d'intense aussi.
Hélène Morrisseau, Concurrente du Laponie Trophy

Sonia, elle, est atteinte d'une maladie articulaire invalidante. Elle part pour transmettre un message d'espoir.

J'ai envie de montrer aux gens qu'avec de la force et de la persévérance, on peut réaliser ses rêves, on peut aller au bout de ses ambitions.
Sonia Thomas, Concurrente du Laponie Trophy

Quelque soit l'issue de la compétition, les deux athlètes ont déjà remporté une victoire. Elles ont récolté 2800 € auprès de partenaires privés à destination d'une association de lutte contre la mucoviscidose.

Découvrez la préparation d'Hélène et Sonia avant leur départ pour la Finlande.