Disparition d'Erwan : après une semaine sans nouvelles, sa famille continue les recherches pour trouver des pistes

Dans la nuit du 10 au 11 février, Erwan, un jeune homme de 18 ans, a disparu après une soirée en boîte de nuit dans la commune de Moncoutant-sur-Sèvre (Deux-Sèvres). Après une semaine sans nouvelles, sa famille ne désespère pas et continue les recherches dans les zones aux alentours de la discothèque.

Une semaine après la disparition d'Erwan, ses proches élargissent le périmètre de recherche, autour de la discothèque. Ce dimanche 18 février, Matthias Lemercier, son demi-frère, a placardé inlassablement l'avis de recherche dans différents commerces.

Saint-Mesmin, Pouzauges et même la Roche-sur-Yon en Vendée, ils sont à l'affût du moindre témoignage. "C'est une des régions qu'on n’a pas faite. On se dit qu'aujourd'hui, avec le temps qui s'est écoulé depuis dimanche, il peut être n'importe où en France. On n'a pas forcément d'informations, donc on fait les zones qui n'ont pas été faites à proximité de la boîte de nuit", explique son demi-frère.

"On est impuissants"

Une vingtaine de gendarmes ont poursuivi leur enquête de terrain tout le week-end. Ils ont ratissé minutieusement le parking de la discothèque où Erwan a été vu pour la dernière fois. Mais le dispositif devrait être allégé dans les prochains jours, ce qui est logique dans ce genre d'enquêtes, mais qui angoisse la famille d'Erwan. "On est impuissants et encore plus quand il y a moins de monde sur le terrain. On se dit que c'est comme si on ne faisait rien, c'est pour ça que nous, ça nous tenait à cœur d'être présents sur le terrain pour ne pas rester à la maison à ne rien faire et être dans l'angoisse. C'est beaucoup plus triste, donc c'est pour ça qu'on vient sur le terrain pour essayer de garder le sourire et le moral", raconte Matthias.

À LIRE AUSSI : Disparition d'Erwan : sa famille porte plainte contre la discothèque La Morinière de Moncoutant-sur-Sèvre

Issu d'une famille d'agriculteurs, Erwan Blais a grandi à Saurais, un petit village des Deux-Sèvres. Étudiant à Poitiers, il revenait chez lui chaque week-end pour voir ses parents. Sa disparition a suscité beaucoup d'émotion dans le village. Le maire est quotidiennement en contact avec la famille du jeune homme. "Il faut des gens compétents, organisés dont c'est le métier et puis aussi du soutien autour de la famille parce que c'est très dur psychologiquement pour les parents", confie Louis-Marie Guérineau, le maire de Saurais.

Les parents du jeune homme sont épuisés, mais ils gardent espoir de retrouver leur fils. Ils excluent totalement la piste d'une disparition volontaire.