L'un des deux manifestants grièvement blessés à Sainte-Soline est sorti de l'hôpital

Un des deux manifestants gravement blessés et placés dans le coma après les affrontements fin mars à Sainte-Soline (Deux-Sèvres) est sorti ce jeudi de l'hôpital, a-t-on appris auprès de son avocate et des organisateurs de la manifestation interdite contre les "méga-bassines".

Âgé de 34 ans, ce manifestant prénommé Mickaël et originaire du Loir-et-Cher avait été gravement blessé à la trachée lors d'affrontements le 25 mars entre les forces de l'ordre et des militants opposés à une retenue d'eau artificielle.

Hospitalisé à Poitiers, son pronostic vital avait un temps été engagé avant qu'il ne sorte du coma le 30 mars.

Dans un communiqué, le collectif Les Soulèvements de la Terre, co-organisateur de la manifestation du 25 mars, a salué une "grande et bonne nouvelle", se disant "ravi" de cette annonce "encourageante".

Il a pu rentrer chez lui aujourd'hui (jeudi).

Maitre Chloé Chalot

Avocate de Michaël

En revanche, l'état de l'autre manifestant placé dans le coma, un homme de 32 ans prénommé Serge, reste "malheureusement inchangé", a précisé Me Chalot.

Les familles de ces deux blessés ont déposé plainte fin mars, notamment pour "tentative de meurtre".

La Ligue des droits de l'homme (LDH) a fustigé "un usage immodéré et indiscriminé de la force" lors de la manifestation du 25 mars à Sainte-Soline, qui a attiré entre 6 000 et 30 000 personnes. Les affrontements ont fait 47 blessés côté gendarmes, selon le parquet, et 200, dont 40 graves, côté manifestants, selon les organisateurs.

(Avec AFP)

L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité