• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Niort : Leach International redémarre son activité après un incendie qui a tout ravagé

Les salariés de Leach International s'installent dans des locaux provisoires afin de redémarrer au plus vite l'activité de l'entreprise Niortaise. / © Louis Claveau - France Télévisions
Les salariés de Leach International s'installent dans des locaux provisoires afin de redémarrer au plus vite l'activité de l'entreprise Niortaise. / © Louis Claveau - France Télévisions

Si la production est à l’arrêt, dès le lendemain du sinistre, l'entreprise s'est mise en ordre de bataille afin de redémarrer son activité au plus vite.

Par Lionel Gonzalez

L'ensemble du bâtiment de la chaine de production de l’entreprise Leach International a été entièrement ravagé par les flammes, dans la nuit de mercredi à jeudi. Cette entreprise fabrique des composants électriques pour l’aviation et le ferroviaire.

Même si les salariés sont encore sous le choc, ils sont déjà au travail quatre jours après l'incendie qui a ravagé le site de leur société basée à Niort.

L’ensemble de salariés ont investi des locaux provisoires au sein de l’ESSentiel, Maison de l’économie sociale et solidaire de Niort. Un site temporaire pour environ un an et demi. Le temps de reconstruire entièrement ce site industriel niortais qui emploie 250 salariés.

Il faut reprendre au plus vite afin de relancer les approvisionnements
- Guillemette Creuzeau, responsable achats Leach International

Comme nous vous en parlions jeudi dernier, dans la nuit de mercredi à jeudi, vers deux heures du matin, 5.000 m² de bâtiments industriels partent en fumée. Ici étaient fabriqués des composants électriques pour des airbus ou des TGV. L'urgence est donc aujourd'hui de trouver un nouveau site afin de relancer la production.

On recherche un bâtiment industriel d’au moins 3.000 m² afin d’accueillir l’ensemble de nos lignes de production.
- Pierre-Etienne Blanc, responsable support client Leach International

Sur le même sujet

Corinne Fesseau, propriétaire du coq Maurice

Les + Lus