"Donnez-nous au moins un calendrier " réclament les professionnels de la culture [REVOIR DIMANCHE EN POLITIQUE]

Toujours pas de lever de rideau pour le monde de la culture au moins jusqu'à fin janvier 2021 à cause de la situation sanitaire. Salles de spectacles, musées, cinémas, artistes : comment les professionnels du secteur vivent-ils cette situation en Limousin ? Quelles sont leurs attentes ?

Les salles vont rester désespérément vides au moins jusqu'à fin janvier
Les salles vont rester désespérément vides au moins jusqu'à fin janvier © France télévisions

Le Premier ministre Jean Castex n'a annoncé le 7 janvier 2021 "aucun assouplissement" de la fermeture des musées, cinémas, théâtres et salles de spectacle. "Je fais tout pour qu'une réouverture des lieux culturels début février soit possibleaffirmait Roselyne Bachelot sur franceinfo le 8 janvier 2021.

Comment les professionnels du Limousin vivent-ils cette situation? Quelles sont leurs attentes, leurs craintes, leurs espoirs ? « La culture en danger », c’est le thème de l’émission Dimanche en politique du 10 janvier 2021.

Annaïck Demars reçoit quatre invités :

 

Morceaux choisis

Nicolas Blanc directeur de l'Empreinte:

"J’ai surtout un message à faire passer au gouvernement : donnez-nous un calendrier, ayez le courage de poser ce calendrier-là, même s'il doit être difficile, je pense que la profession est prête, parce qu'elle a les moyens de s'organiser, de préparer l'avenir différemment. Et puis laissez-nous travailler avec le milieu scolaire, laissez-nous accueillir des élèves puisque les conservatoires, les écoles sont ouverts, qu'on puisse organiser au moins des représentations pour les scolaires, ça fera du bien aux artistes et aux enseignants »

 

Corinne Dupuy-Bonafy, directrice de la culture à la mairie de Limoges

"Il y a des informations pas très claires voire un peu contradictoires qui nous parviennent : le Conservatoire est un établissement d'enseignement, donc l'enseignement peut reprendre. On a besoin d'avoir encore un peu d'éclaircissement concernant les centres culturels qui, eux, représentent simplement le loisir et pas l'enseignement pour savoir si on peut réamorcer les ateliers ou pas, exclusivement pour les mineurs, toutefois".

Sandra Beschet, animatrice au cinéma le Lux à Bellac:

"Au niveau distribution, il n'y a plus de calendrier de sorties : les films sont repoussés normalement à cette nouvelle année mais on ne sait même pas si ça va pouvoir se faire ou pas. Nous, notre objectif, c'est de reprendre des films que les gens souhaitaient voir, qu'ils m'ont demandés. Le cinéma est vide, c'est terrible, j'ai laissé de l'affichage dehors, parce que ça me fait du bien à moi aussi, mais c'est dur, j'essaie de le faire vivre sur les réseaux sociaux"

 

Philippe Lars, chanteur et comédien

« Je tenais à en parler parce que ça m’a un peu choqué : la SACEM avait promis aux artistes qui faisaient des "lives", dont je fais partie, de les rémunérer pour ça. Et là, on se rend compte à la répartition de janvier qu'il fallait avoir fait 1000 vues au minimum pour avoir droit à cette rémunération ! Moi je n'ai pas dépassé les 850 vues donc j'ai touché 11€ ce mois-ci de la SACEM qui est sensée rémunérer les artistes, les p’tits gars comme moi... »

 

Pour revoir notre émission dans son intégralité :

 

 

Limousin : la culture en danger ? ©France 3 Limousin

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture dimanche en politique politique confinement santé société covid-19