Bergerac : les viticulteurs veulent relancer la vente des vins après la crise du Coronavirus

Les 900 producteurs de vins de Bergerac et Duras ressentent durement les conséquences de la crise sanitaire. La récolte s'annonce belle mais l'inquiétude de la profession se porte sur les stocks à écouler.
 

Marie Lecourt de l'Interprofession des vins de Bergerac et de Duras, veut "refidéliser" les pays étrangers comme la Belgique et la Chine. (l'Abus d'alcool est dangereux pour la santé)
Marie Lecourt de l'Interprofession des vins de Bergerac et de Duras, veut "refidéliser" les pays étrangers comme la Belgique et la Chine. (l'Abus d'alcool est dangereux pour la santé) © Philippe Niccolaï
Les vignes sont magnifiques, mais l'année 2020 est compliquée pour les vins du Bergeracois à cause de la crise sanitaire. 
 

► Une belle récolte en perspective

Le vignoble de Bergerac se porte bien. Le raisin est beau et promet de belles vendanges qui commenceront à la fin du mois d'août.

Pour l'instant, il y a un gros potentiel au niveau récolte. L'état sanitaire est correct malgré un printemps humide où il a fallu gérer les maladies comme le mildiou.

Joël Lajonie, vice-président fédération des vins de Bergerac et de Duras

Avec deux mois de confinement, les ventes des vins ont connu un coup d'arrêt très important. Du coup, les stocks sont importants chez les viticulteurs de la région.
 
L'état sanitaire du vignoble de Bergerac est bon malgré un printemps humide.
L'état sanitaire du vignoble de Bergerac est bon malgré un printemps humide. © Philippe Niccolaï
 

►Que faire des vins invendus à cause de la crise sanitaire ?


Le plan d’aide à la viticulture du gouvernement prévoit l’ouverture d’une distillation de crise de deux millions d’hectolitres de vins excédentaires à un prix moyen de 70 euros par hectolitres, c'est-à-dire tranformer les vins les moins cotés en eau de vie. Joël Lajonie estime qu'il y aurait entre 20 et 25 000 hectolitres de vins à distiller.

Ce sera surtout du nettoyage de chais. On attend le retour des appellations pour savoir si ce sera des rosés, des secs ou des rouge"

Joël Lajonie, vice-président de la fédération des vins de Bergerac et de Duras

Le plan d’aide à la viticulture annoncé mi-mai au lendemain du déconfinement par le gouvernement prévoit par ailleurs des exonérations à 100 % des cotisations sociales et charges sociales patronales. L’Etat va mettre la main à la poche, à hauteur de 140 millions d’euros, pour détruire l’équivalent de 250 millions de bouteilles et ainsi récupérer des cuves pour loger les vins du millésime 2020.

► Relancer aussi les ventes de vins en bouteilles

Parallèlement, le marché du vin semble repartir. Au Quai Cyrano, le tout nouvel espace vin et tourisme en Pays de Bergerac, les dégustations ont bien repris.

Il y a une forme de reconsommation qui se met en place. Est-ce un feu de paille ou une tendance qui va se concrétiser ? Effectivement, le stress du masque et du Covid ne favorisent pas l'envie de consommer

Vincent Bergeon, directeur de l'Interprofession des vins de Bergerac et Duras

Un plan Etat/Région/Département et Agglomération de Bergerac vient d'être élaboré. Il prévient l'organisation de salons, la vente à distance et un travail de promotion et de refidélisation des pays étrangers qui consomment déjà les vins du terroir à savoir la Belgique, l'Angleterre, la Chine et les Etats-unis.
 


►VIDEO : voir notre reportage sur la situation post-Covid dans le vignoble de Bergerac ( Philippe Niccolaï et Iban Carpentier) :

Bergerac veut relancer la vente de ses vins après la crise sanitaire du coronavirus
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
viticulture agriculture économie tourisme coronavirus/covid-19 société