Dordogne : l'abattoir de la Sobeval obtient une levée partielle de sa suspension d'agrément

La préfecture de la Dordogne a annoncé ce mercredi 4 mars la réouverture partielle de l'abattoir de la Sobeval, à Boulazac. Il avait été fermé suite à la diffusion d'une vidéo de L214, le 20 février dernier.
© France 3 Périgords - Bertrand Lasseguette & Camille Michelland
Alors que les agriculteurs manifestaient hier pour la reprise des activités de l'abattoir de la Sobeval, la préfecture de la Dordogne a annoncé ce matin la levée de la suspension de son agrément. L'établissement avait été fermé suite à la diffusion d'une vidéo de L214 pointant la maltraitance des animaux.

L'association anti-spéciste avait également lancé une pétition pour la fermeture définitive de l'établissement.
   

Tests réussis


La réouverture de l'abattoir était conditionnée à des changements internes : formation du personnel, révision des modes opératoires et un meilleur niveau de surveillance interne.

Ces trois derniers jours, la Sobeval a donc présenté ses propositions, reçues favorablement par la préfecture et la direction générale de l'alimentation. Des formations ont également été mises en place pour informer le personnel sur les règles de protection animales.
 
Le nouveau processus a été testé le 3 mars, sous le contrôle du service vétérinaire d'inspection de l'abattoir.

"Le test a permis de vérifier que les opérateurs avaient bien pris en compte les changements opérés et que l’abattage respectait pleinement la réglementation en matière de protection animale", détaille la préfecture de la Dordogne.
Une nouvelle évaluation de contrôle est prévue dans quinze jours. Elle conditionnera la levée complète de la suspension, qui "interviendra à un stade ultérieur".


Faux témoignage


En parallèle, lors de la manifestation de samedi, un homme, Chris, avait pris la parole pour témoigner de son quotidien. Il a avoué mardi 3 mars qu'il s'agissait en réalité d'un mensonge, selon la Dordogne Libre. L'homme n'avait en réalité jamais travaillé pour l'abattoir. Sobeval a décidé de porter plainte contre lui, pour diffamation.
 
La direction se félicite de la reprise de l'activité
Dans uncommuniqué, la SOBEVAL annonce la reprise de l’activité d’abattage et remercie la filière pour son soutien

Suite à la décision du Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation de lever la suspension de l’agrément de l’abattoir SOBEVAL pour les abattages conventionnels, l’établissement se félicite de la reprise de son activité et tient à souligner l’efficacité des mesures correctives qu’il a mises en œuvre très rapidement.
En effet, SOBEVAL a apporté d’une part des modifications d’amélioration de ses Modes Opératoires Normalisés[1][1] et procédé d’autre part à la mise à niveau de la formation de ses opérateurs par les Responsables de la Protection Animale de l’abattoir. Un test a ainsi pu être réalisé mardi 3 mars, en présence des Services Vétérinaires d’Inspection (SVI), qui ont confirmé le fonctionnement réglementaire de la chaîne d’abattage.

Par ailleurs, en plus de ces différentes actions, SOBEVAL a fait appel à un expert vétérinaire externe pour réaliser un suivi qualité des mesures mises en place dans les semaines qui viennent.
 
Ces dernières ayant été validées par la Direction Générale de l’Alimentation, SOBEVAL reprend donc son activité d’abattage dès aujourd’hui et tient à réaffirmer son engagement et son professionnalisme auprès de ses éleveurs, clients et fournisseurs.
 
De plus, sa Direction a été très sensible au soutien du monde agricole, à la fidélité de ses clients et à la confiance de ses fournisseurs.

La Direction Générale de SOBEVAL

[1][1] MON : instructions écrites visant à assurer l’accomplissement uniforme d’une fonction ou d’une norme particulière, définis dans le Règlement (CE) 1099/2009, et imposées aux abattoirs dans l’objectif d’épargner aux animaux toute douleur, détresse ou souffrance évitable.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
animaux économie agro-alimentaire agriculture