Monbazillac tente la canette de vin

L'expression "boire un canon" pourrait bien devenir "boire une canette". C'est du moins l'espoir à Monbazillac où l'on expérimente ce contenant inhabituel, quitte à bousculer les habitudes.

En Périgord, un canard au Monbazillac ne choque personne. Mais une canette DE Monbazillac, faut voir.

Boisson pilote

Dans la famille Borderie, du Château Poulvère à Monbazillac, Benoît, c'est celui qui ose. Pilote de chasse pendant 20 ans, ça vous donne le goût du risque. Et du risque calculé, de préférence. Alors le vin en canette, pourquoi pas. D'autant que l'idée n'est pas tout à fait nouvelle, d'autres l'expérimentent déjà comme le domaine Haut Montlong à Pomport qui propose un pack de 3 canettes rouge, rosée et blanc pour une quinzaine d'euros. Et puis la canette offre des avantages que n'ont ni la bouteille, ni le cubi "bag-in-box".

Canette sauvage

Transportable et individuelle, la canette permet d'éviter les verres lors d'un apéro dinatoire, de s'offrir du vin à la plage, en pique-nique, lors d'un festival, une partie de pêche ou une randonnée, sans s'encombrer d'une bouteille et de son tire-bouchon. Et puis, de la taille d'un verre, 25 cl, ça permet aussi de ne pas gâcher une pleine bouteille pour s'offrir juste quelques gorgées.

Bonjour l'alu !

Pour lutter contre les préjugés, l'aluminium revêtu d'une couche protectrice n'altèrerait pas le goût du vin, il protège de la lumière et garantit forcément le risque de bouchonnage. De plus, il est léger à transporter pour le vendeur comme pour le consommateur. C'est d'ailleurs l'un des arguments qui a donné de l'élan à l'alu pendant le confinement. Conditionnement léger, fin et incassable, il se prête très bien à l'envoi comme à la vente à emporter.

Un minimum de respect

Pour le reste, le vin doit être traité comme il se doit. Il sera évidemment meilleur servi dans un verre et à la température idoine, sachant que l'aluminium très conducteur le protège beaucoup moins contre les chocs thermiques qu'une bonne vieille bouteille. Pour ces mêmes raisons, pas question de faire vieillir vos canettes sans qu'elles perdent des plumes.

Vin et savoir-fer

L'alu serait-il plus vert que le verre ? Pas impossible, ses partisans affirment qu'il est mieux recyclable et donc moins polluant. Pour ceux qui feraient toujours la fine bouche, Benoît Borderie a un autre argument : dans l'immense majorité des cas, les viticulteurs utilisent déjà des cuves en inox, justement pour les qualités incomparables du métal. Alors pourquoi ne pas pousser la logique jusqu'au goulot ?  

Quoi qu'il en soit, que vous vous décidiez de vous faire une canette ou que vous préfériez prendre de la bouteille, le vin reste à consommer avec autant de plaisir que de modération. Pour le reste, comme le disait Musset :  Aimer est le grand point, qu’importe la maîtresse ? Qu’importe le flacon, pourvu qu’on ait l’ivresse ?

 

Du Monbazillac en canettes ©France 3 Périgords

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
la cité du vin culture gastronomie vins viticulture agriculture économie insolite consommation