Biodiversité : la justice a fini par avoir la peau des grenouilles de Grignols

C'est la fin de dix ans de procédure dans lesquels s'étaient embourbés les Pécheras. Ils ont passé une décennie à tenter de sauver leur mare aux grenouilles, trop bruyante selon le voisinage. En vain : les pelleteuses viennent d'enterrer le combat... et l'habitat des batraciens.

Frog song

Désormais, les voisins d'Annie et Michel Pécheras vont pouvoir dormir sur leur deux oreilles. Finis les coassements crépusculaires et mélancoliques qui gâchaient leurs nuits dès les premiers beaux jours. Les rauques chants d'amour des batraciens ont cessé, la justice est passée, et les pelleteuses ont rebouché. 

Des grenouilles dans la balance

Pendant 10 ans, alors que la justice humaine débattait de leur sort, les batraciens, amphibiens, insectes et poissons de tout poil auront peuplé ce petit paradis aquatique périgourdin de 300m2. Et, au risque de froisser quelques robes d'avocat, il faut bien avouer que pendant cette décennie les gesticulations juridiques ne leur ont jamais fait perdre leur sang-froid.

Les Grenouilles se ramassent à la pelle... ♫

Mais en ce mois de Mars, alors que les meilleurs ténors de tout l'étang commençaient à vocaliser, le glaive de la justice qui leur pendait au-dessus de leur tête a fini par tomber, sous la forme d'une pelle mécanique. 

Une polémique qui enfle, qui enfle

Le résultat d'une querelle de voisinage entre les Pècheras et leur voisin, Monsieur Malfione, qui un jour prit la mouche. Ce dernier porte plainte dès 2014 devant le tribunal de Périgueux, au motif que la mare, creusée il est vrai à une dizaine de mètres de chez lui, prend des allures de Rave Party nocturne quotidienne du printemps à l'automne. À gorge déployée, les grenouilles y croassaient et y croissaient.

La justice reste sourde aux cris des batraciens

Le sieur Malfione perd son premier procès, puis le gagne en appel deux ans plus tard, le 2 juin 2016. Le jugement sera validé un an plus tard par la Cour de Cassation. Les époux Pécheras sont définitivement condamnés pour "trouble anormal de voisinage" : ils doivent reboucher leur mare. Peine assortie d'une astreinte financière en cas de non-réalisation. 

Tritons, Alytes, Crapauds et Rainettes, unissez-vous !

S'en suivront des turpitudes diverses où l'on croisera notamment des alytes accoucheurs, des tritons palmés, des crapauds communs et des rainettes méridionales. Ces amphibiens co-locataires des grenouilles grignolaises sont protégés par une directive européenne et rendent donc, en théorie, la destruction de leur habitat impossible. Une tentative de noyer le poisson à laquelle la justice, aveugle par nature, restera sourde.

L'étang sont durs

L'histoire de la Grenouille qui voulait être plus forte que le Juge se termine donc ainsi. En ce début mars, de guerre lasse, les propriétaires de la mare en ont eu ras-le-bol et ont plié devant la justice. La mare est comblée, le voisinage aussi. Le bon droit y gagnera ce que la biodiversité y perdra, les grenouilles n'ont plus qu'à aller se faire coasser ailleurs. Désormais, les voisins d'Annie et Michel Pécheras vont pouvoir dormir sur leur deux oreilles.

 

La fin de la mare aux grenouilles de Grignols ©France 3 Périgords

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
nature environnement parc naturel périgord-limousin parcs et régions naturelles