Les poules qui pondent des œufs 4 fois plus gros que la moyenne étaient des poissons d'avril

168 grammes, c'est le record du plus gros œuf ! À force de sélection dans sa petite ferme de Cornille, à quelques kilomètres de Périgueux,  cet agriculteur retraité passionné a réussi à obtenir des super-œufs avec des poules ordinaires. Pas si étonnant que ça, un 1er avril

Des œufs jusqu'à 3 fois plus gros, avec des poules ordinaires !
Des œufs jusqu'à 3 fois plus gros, avec des poules ordinaires ! © Coco Belœil

ATTENTION : POISSON D'AVRIL !

En moyenne, les poules pondent des œufs de 40 à 60 grammes. Après des années de recherche, sans connaissances spéciales et en autodidacte, Gilbert Blandeux a réussi à obtenir des œufs de plus en plus gros. Aujourd'hui, ses cocottes pondent très régulièrement des œufs dépassant les 140 grammes, et il n'est pas rare qu'ils atteignent les 160 grammes !

À gauche, un œuf d'une poule tout juste arrivée, à gauche, un œuf de la même poule après 3 mois de régime-Gilbert
À gauche, un œuf d'une poule tout juste arrivée, à gauche, un œuf de la même poule après 3 mois de régime-Gilbert © Coco Belœil

Moi je fais pas d'effort, c'est les poules qui font tout le boulot ! J'les nourris bien, c'est tout.

Gilbert, aviculteur amateur

Ne cherchez pas à soutirer le secret de Gilbert, il restera muet comme une carpe. D'ailleurs, il ne veut même pas se faire photographier, c'est un modeste. Depuis des années, ses amis et ses voisins tentent d'avoir la recette-miracle, mais en vain. Il garde jalousement le secret de sa "mixture", comme il l'appelle, qu'il prépare soigneusement chaque jour au fond de son atelier. Fermé à clé, l'atelier.

Une chose est sûre, lorsqu'elles arrivent chez Gilbert, les poules pondent des œufs ordinaires (à gauche), puis de plus en plus gros (à droite). Au bout de trois semaines du régime spécial, c'est le miracle !
Une chose est sûre, lorsqu'elles arrivent chez Gilbert, les poules pondent des œufs ordinaires (à gauche), puis de plus en plus gros (à droite). Au bout de trois semaines du régime spécial, c'est le miracle ! © Coco Belœil

En étudiant ses habitudes, certains voisins ont découvert que Gilbert partait aux champignons tous les jours de l'année, qu'il revenait toujours avec un panier garni (qui sentait la truffe et le cèpe selon certains) contenant des herbes, et que chez Gilbert, on mangeait une bourriche d'huîtres par semaine. Dont les coquilles se retrouvaient invariablement dans la cour des poules.

Un indice, les coquilles d'huître qui jonchent le sol de la basse-cour. On peut remarquer aussi la présence de quelques bulots.
Un indice, les coquilles d'huître qui jonchent le sol de la basse-cour. On peut remarquer aussi la présence de quelques bulots. © Coco Belœil

Pour le reste, impossible d'en savoir plus : si le coq est de grande race, un Brahma, les poules sont des pondeuses ordinaires, que Gilbert achète au marché. Et elles donnent à coup sûr des œufs dont un seul peut faire une omelette pour deux, à l'apparence et au goût quasi-identique à l'œuf normal, à l'exception d'un petit goût de sous-bois très agréable.

Chez Gilbert, les volailles virent un peu à l'obsession, on les retrouve même sur les étagères !
Chez Gilbert, les volailles virent un peu à l'obsession, on les retrouve même sur les étagères ! © Coco Belœil

Dernier détail, pour les âmes sensibles, la transformation s'opérant très progressivement, la ponte des œufs survitaminés n'occasionne aucune douleur particulière à la poule. Seul problème, le poids de l'œuf étant conséquent, la poule n'a pas toujours le temps d'arriver jusqu'au nid, et il n'est pas rare de retrouver un œur par terre. Heureusement, la coquille est solide, elle ne peut se casser qu'à l'aide d'un marteau.

Exceptionnellement, une fois par semaine, les poules de Gilbert ont le droit de manger du grain ordinaire
Exceptionnellement, une fois par semaine, les poules de Gilbert ont le droit de manger du grain ordinaire © Coco Belœil

Encouragé par sa réussite, Gilbert a des projets. Il est en train de creuser des bassins au fond de son jardin pour accueillir des esturgeons. Son rêve : commercialiser le premier caviar à se vendre à l'unité.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
insolite animaux nature agro-alimentaire agriculture économie