• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Périgueux : une ligne téléphonique dédiée aux demandes d'IVG

Une ligne dédiée aux demandes d'IVG (interruption volontaire de grossesse) a été déployée au centre hospitalier de Périgueux. / © Elsa Arnould
Une ligne dédiée aux demandes d'IVG (interruption volontaire de grossesse) a été déployée au centre hospitalier de Périgueux. / © Elsa Arnould

Pour mieux prendre en charge les femmes qui souhaitent avoir recours à l'interruption volontaire de grossesse (IVG), le centre hospitalier de Périgueux a mis en place une ligne directe. Objectif, donner aux patientes un rendez-vous dans les cinq jours suivant leur appel. 

Par Elsa Arnould

Depuis le 01 juillet, les femmes qui souhaitent avorter peuvent composer le 05 53 45 29 33. Cette ligne directe a été mise en place par le centre hospitalier de Périgueux pour améliorer la prise en charge des patientes.

"Il est important que les femmes puissent avoir accès rapidement à l’interruption volontaire de grossesse (IVG). Jusqu’à présent, les rendez-vous étaient fixés dans le cadre d'une consultation générale et c'était souvent saturé" détaille Alexandre Darwiche, gynécologue et chef de service à l'hôpital de Périgueux. 
 

Un rendez-vous dans les 5 jours

Conformément aux recommandations de la Haute Autorité de Santé, le centre hospitalier de Périgueux propose de donner aux patientes un rendez-vous dans les cinq jours suivant leur appel. Le gynécologue le rappelle, "l'avortement est un droit et nous sommes là pour faire valoir ce droit"
 
En France, la "Loi Veil" du 15 janvier 1975 autorise l’interruption volontaire de grossesse. / © Elsa Arnould
En France, la "Loi Veil" du 15 janvier 1975 autorise l’interruption volontaire de grossesse. / © Elsa Arnould
 

Une évolution "extraordinaire"

27 ans que le docteur Darwiche pratique des IVG à l'hôpital de Périgueux. "J'ai connu une époque où les IVG se faisaient d'une façon particulière" explique-t-il. "Les lois ont changé, la femme a fait valoir ses droits et les gouvernements qui se sont succédés ont permis le remboursement de l'IVG. Ils ont ainsi supprimé la notion de détresse, c'est très important" poursuit le gynécologue. Chaque année en Dordogne, plus de 500 femmes pratiquent une IVG, un chiffre qui reste stable. En moyenne, 33% des femmes ont recours à une IVG dans leur vie. 
 

Un temps d'écoute précieux

À Périgueux, le personnel médical mise beaucoup sur le temps d'écoute à apporter aux patientes. Lors de leur deuxième rendez-vous, les femmes qui souhaitent avorter rencontre une sage-femme pendant 45 minutes. Un moment précieux, pendant lequel les professionnels de santé en profitent pour aborder certaines questions comme les maladies sexuellement transmissibles, les violences domestiques ou les méthodes de contracption. "Ce n'est pas que l'IVG, c'est la femme dans sa globalité" conclut le docteur Darwiche. 


Vidéo : Un numéro dédié aux demandes d'IVG à l'hôpital de Périgueux. 
Un numéro pour les femmes qui souhaitent avoir recours à l'IVG, une initiative du centre hospitalier de Périgueux.
Un reportage d'Emilie Bersars et Elsa Arnould.

Plus d'infos

La ligne téléphonique est ouverte du lundi au vendredi, de 9h à 12h et de 14h à 16h.
Renseignements ici. 

Sur le même sujet

Limoges : le billard français expliqué par un champion de France

Les + Lus