Sobeval : les éleveurs déversent du fumier devant la préfecture de Dordogne

Ce 3 avril, les éleveurs mécontents de la fermeture de l'abattoir SOBEVAL ont déversé des tombereaux de fumier devant la préfecture de Dordogne / © France 3 Périgords - Bertrand Lasseguette
Ce 3 avril, les éleveurs mécontents de la fermeture de l'abattoir SOBEVAL ont déversé des tombereaux de fumier devant la préfecture de Dordogne / © France 3 Périgords - Bertrand Lasseguette

Ils sont mécontents de la fermeture administrative de l'abattoir SOBEVAL, et d'une réouverture qui tarde trop selon eux. Les éleveurs bovins qui voient leur filière partiellement paralysée ont fait le siège de la préfecture ce matin

Par Pascal Faiseaux

Prise entre deux feux ! Après avoir essuyé les critiques de l'association L214, la préfecture de Dordogne a fait les frais ce matin de la colère des éleveurs bovins du département. Plus d'une centaine d'entre eux s'étaient réunis devant la bâtisse préfectorale à l'appel de la FDSEA, les Jeunes Agriculteurs, l'association d'éleveurs Elvea Périgord et la Chambre d’agriculture.

Un siège qui s'est conclu par le déversement de remorques de lisier devant la préfecture, juste avant qu’une délégation d’éleveurs et de syndicalistes rencontre le préfet, Frédéric Périssat.
Les éleveurs se mobilisent pour la réouverture de l'abattoir SOBEVAL
Plus d'une centaine d'éleveurs se sont mobilisés et ont déversé du fumier devant les murs de la préfecture de Dordogne pour réclamer la réouverture de l'abattoir SOBEVAL - France 3 Périgords - Bertrand Lasseguette

Les manifestants sont venus contester la décision de fermeture administrative de l'établissement prise le 28 février par le ministère de l'Agriculture. Après avoir affirmé que l'abattoir était parfaitement en règle, ce dernier avait mené une enquête approfondie qui révélait des « un manque de maîtrise des conditions d’abattage des animaux par les salariés avec notamment des défauts de formation et de sensibilisation » (voir ci-dessous).

Il avait alors annoncé une réouverture prochaine, une fois ces défauts corrigés. Mais ces quelques jours, voire quelques semaines nécessaires ne sont pas assez rapides au goût des éleveurs qui se retrouvent coincés avec leurs animaux arrivés à maturité et qu'ils ne peuvent pas abattre. Cela représente 3 400 animaux chaque semaine pour les 600 éleveurs qui travaillent avec la SOBEVAL. Sans compter les 400 salariés et les centaines de prestataires qui dépendent de l'activité du site. 

Ce matin, visiblement ému et remonté, Gilles Gauthier, un des fondateurs et le directeur de la SOBEVAL pendant 42 ans et désormais directeur stratégie et développement du groupe Van Drie s'est exprimé en public. Une première prise de parole depuis le début de l'affaire pour fustiger les responsables de la "tempête médiatique" et rassurer les éleveurs et les clients de l'entreprise.
 
Gilles Gauthier s'exprime publiquement
Directeur de la SOBEVAL pendant 42 ans, et actuellement directeur de la stratégie et développement du groupe Van Drie, répond publiquement pour la première fois depuis le début de la tempête médiatique qui s'est abattue sur le groupe après la diffusion des images-choc de l'association L214.  - France 3 Périgords - Bertrand Lasseguette
 

Sur le même sujet

Les + Lus