VIDÉO. Pour lutter contre l'invasion des moustiques-tigres, une mairie distribue des pièges

durée de la vidéo : 00h01mn32s
C'est une solution pour lutter contre l'invasion de ce nuisible. Les habitants de Boulazac se sont présentés pour participer à une étude tout en équipant leur domicile d'un piège. ©France 3 Périgords

Avec la prolifération du moustique-tigres en Périgord, la mairie de Boulazac-Isle-Manoire a décidé de se mobiliser. La collectivité a distribué gratuitement à ses habitants 1 500 pièges censés stopper la reproduction des moustiques. Une expérimentation que tous espèrent fructueuse.

Michel et Roselyne Léonce l'assurent : "Il y a de plus en plus de moustiques-tigres !" À tel point que ces habitants de Boulazac-Isle-Manoire ne peuvent plus profiter de leur terrasse. "Les gens se font piquer régulièrement. Ça a commencé il y a quelques semaines. On en a marre. On se gratte tout le temps", s'agace Roselyne Léonce. 

Afin de lutter contre la prolifération du moustique-tigre, la mairie de Boulazac-Isle-Manoire a distribué 1 500 pièges gratuitement. Une expérimentation qui commence ce mois-ci jusqu'à fin septembre afin de tenter de diminuer la présence des insectes. 

Une opération victime de son succès 

Roselyne et Michel ont tout tenté. Lampe à UV, répulsif, citronnelle... rien ne fonctionne pour éloigner les moustiques lorsqu'ils sont sur leur terrasse le soir. Alors quand la mairie de Boulazac a proposé des pièges gratuits dans le cadre d'une expérimentation, ils ont tout de suite dit oui. "On espère que ça va marcher, on s'est dit : "Pourquoi pas ?"", racontent-ils. 

Le 30 juin et le 1er juillet dernier, 1 500 pièges ont été distribués à Boulazac. Un franc succès pour cette opération en partenariat avec l'ARS de Nouvelle-Aquitaine. Devant la mairie, une gigantesque file d'attente pour récupérer son piège s'était formée. "On était surpris de l'engouement", avoue Jean-François Pinson, adjoint en charge des finances à la mairie de Boulazac. 

Un piège pour empêcher la reproduction des moustiques

Le piège est plutôt destiné à être un "contraceptif" à moustique qu'à tuer les insectes. "Il y a un sachet avec quatre produits. Il y a des phéromones qui vont attirer par leur odeur la femelle moustique et après, il y a trois insecticides qui sont censés tuer les larves", détaille Jean-François Pinson. 

Pour s'en assurer, la mairie a également donné à ses habitants une fiche de renseignement à remplir, qu'il faut impérativement rapporter à la fin de la période de trois mois correspondant à la durée d'efficacité du piège. De quoi constater si le dispositif est efficace. "Tous les quinze jours, on doit vérifier le nombre de moustiques, s'il y a présence de larves ou pas et dans quelle proportion", explique Christian Tanne. 

À Boulazac-Isle-Manoire, les habitants excédés par la prolifération des moustiques-tigres espèrent tous que cette expérimentation portera ses fruits. Ces pièges ne sont toutefois pas une solution miracle. La mairie prévient : il faut tout de même continuer à suivre les précautions contre le moustique tigre, comme la chasse aux eaux stagnantes.