Tourisme en Dordogne : la saison de Pâques tombée à l'eau, vivement l'été !

Le contraire eût été étonnant : avec la limitation de déplacement à 10km, l'ouverture de la saison touristique à Pâques a fait flop. Pour autant, les professionnels s'attendent à des jours meilleurs pour la saison estivale, leur fond de commerce

Des Gabarres à quai pendant les vacances de Pâques, spectacle inhabituel sur la Dordogne cette année
Des Gabarres à quai pendant les vacances de Pâques, spectacle inhabituel sur la Dordogne cette année © France 3 Périgords - Philippe Niccolaï & Bertrand Lasseguette

Calme, trop calme...

Les premiers beaux jours du printemps, et les plus beaux sites de Dordogne où la nature, vierge et renaissante, n'est perturbée ni par la foule ni par les voitures. Le spectacle est aussi enchanteur qu'inhabituel. Malheureusement, il est réservé à un voisinage qui en profite déjà tous les jours. 

Les plus beaux paysages de Dordogne se réservent dans l'attente de la saison estivale
Les plus beaux paysages de Dordogne se réservent dans l'attente de la saison estivale © France 3 Périgords - Philippe Niccolaï & Bertrand Lasseguette

Les professionnels, qui commencent à s'habituer aux coups durs depuis plus d'un an, ont pris ce début de saison inévitablement raté avec fatalisme

"C'est compliqué pour tout, et pour le personnel aussi. Le personnel est là, il attend, on ne peut pas leur dire grand'chose ! " Michel Léger, propriétaire des Gabarres Norbert
"C'est compliqué pour tout, et pour le personnel aussi. Le personnel est là, il attend, on ne peut pas leur dire grand'chose ! " Michel Léger, propriétaire des Gabarres Norbert © France 3 Périgords - Philippe Niccolaï & Bertrand Lasseguette

Les promesses de l'été

Aux jardins d'Eyrignac, le propriétaire Gilles Sermadiras se résigne lui aussi. 300 personnes étaient venues visiter son site le lundi de Pâques, alors que la tolérance permettait les ultimes heures de liberté avant le confinement. Le lendemain, il n'en avait plus que 5. Pour autant, il est sur la même ligne que nombre de ses collègues, et veut croire que l'été viendra sauver la saison. 

Dans les Jardins d'Eyrignac, seuls les riverains proches, à moins de 10 km, peuvent venir profiter du cadre enchanteur, inhabituellement calme
Dans les Jardins d'Eyrignac, seuls les riverains proches, à moins de 10 km, peuvent venir profiter du cadre enchanteur, inhabituellement calme © France 3 Périgords - Philippe Niccolaï & Bertrand Lasseguette

Pâques sans réservation, l'été sera bon

À Sarlat, perle du Périgord Noir et capitale touristique également désertée par les touristes pascals, les commerçants font le dos rond. Le dernier confinement a eu un effet mécanique. Pour les professionnels de l'hégergement, il s'est traduit par des annulations de séjour à la pelle. La fin du confinement doit logiquement se traduire par une reprise de l'activité. La preuve, de nombreuses réservations ont déjà été enregistrées pour l'été. Elles augurent d'une session de rattrapage prometteuse.

La grand'rue de Sarlat désertée, vision de cauchemar pour les professionnels du tourisme qui espèrent se rattraper cet été
La grand'rue de Sarlat désertée, vision de cauchemar pour les professionnels du tourisme qui espèrent se rattraper cet été © France 3 Périgords - Philippe Niccolaï & Bertrand Lasseguette

Le sauvetage de l'été 2020

C'est que le monde du tourisme se souvient de l'été cahotique, mais pas si catastrophique de l'an dernier. Le Département tablant sur ce tourisme franco-français s'était lancé dans une campagne de séduction et l'opération avait payé. Des touristes français étaient venus en masse remplacer les touristes étrangers et ils avaient permis de sauver la saison. Malgré un nombre de visiteurs en baisse de plus de  32%, la Dordogne avait acccueilli 4,3 Millions de touristes  pour 13,94 millions de nuitées.

Bis repetita

Tout naturellement, la situation ne devant pas évoluer de manière spectaculaire d'ici deux mois, la même recette a été appliquée cette année. 500 000 €uros y ont été consacrés  avec une opération de communication incitative : "Venez vivre le Périgord !". L'objectif étant toujours de sauver les 1,1 Milliard d'€uros de recettes générés chaque année par le tourisme dans le Département.  Ne reste plus qu'à espérer qu'un virus d'une centaine de nanomètres de diamètre ne vienne pas davantage gripper la belle machine du tourisme périgourdin.

L'été viendra-t-il sauver la saison touristique en Dordogne ? ©France 3 Périgords

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
tourisme économie