Bassin d'Arcachon : la ministre de la Mer, Annick Girardin veut concilier écologie et économie

Vendredi 17 juillet, la ministre de la Mer, Annick Girardin s’est rendue au Bassin d’Arcachon pour sa première visite. Son défi, concilier préservation de l’environnement et relance économique.

Pour sa première visite, Annick Girardin a choisi le bassin d'Arcachon pour y évoquer les problématiques écologiques et économiques.
Pour sa première visite, Annick Girardin a choisi le bassin d'Arcachon pour y évoquer les problématiques écologiques et économiques. © H. Chauwin / France 3 Aquitaine
Il s’agissait de sa première visite en tant que Ministre de la mer. Annick Girardin s’est rendue au Bassin d’Arcachon, à l’occasion de la seconde édition de la fête de la mer et des littoraux.

► Retrouvez notre reportage, d'Hélène Chauwin et Bertrand Joucla-Parker
Pour sa première visite, la ministre de la Mer, Annick Girardin, s'est rendue au bassin d'Arcachon ©France 3 Aquitaine


Concilier écologie et économie

Dès vendredi matin, sur le port d’Arcachon, la ministre de la mer a rencontré les sauveteurs en mer, avant de prendre une pinasse électrique, pour voir le bassin, depuis l’eau. Première ministre de la mer depuis 1991, elle souhaite réussir à concilier la préservation environnementale, très importante sur le bassin avec le banc d’Arguin, et l’économie locale, issue de la mer. 

“Il faut qu’on sache protéger notre environnement, notre biodiversité, et en même temps, soutenir les actions d’économie durable, pour que les jeunes gardent espoir et sachent qu’ils pourront travailler sur le bassin qu’ils aiment tant”, explique Annick Girardin.
Pour se déplacer, la ministre a choisi de naviguer en pinasse électrique.
Pour se déplacer, la ministre a choisi de naviguer en pinasse électrique. © H. Chauwin / France 3 Aquitaine


Nouvel espoir

Face à elle, les différents acteurs du bassin lui ont fait part de leurs attentes. Parmi eux, les pêcheurs, que la crise sanitaire n’a pas épargnés. “Il y a eu des aides immédiates qui ont été attribuées, mais ce n’est pas dans l’immédiat qu’il y a besoin d’aide, explique David Lamoureus, président de la CDPMEM de Gironde. Derrière, il y a eu une perte de marché qui n’a pas été réouvert aujourd'hui, comme la pêche à pied.”

Les ostréiculteurs se sont aussi adressés à la ministre, lui rappelant leur place centrale dans l'économie du bassin. ”Le bassin est dans un triste état parce qu'on souffre depuis 50 ans d’une gestion contestable. Cela nécessite la mise en œuvre de moyens et l’ostréiculture se veut moteur de cette dynamique, les friches ostréicoles étant au cœur de la problématique”, détaille Thierry Lafon, un ostréiculteur.

Après avoir rencontré les plongeurs de l'association Nettoyage sous-marin Arcachon, Annick Girardin était ce matin sur les chantiers navals Bonnin et Bossuet à la Teste de Buch. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
ostréiculture agriculture économie pêche mer nature écologie environnement
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter