Des drones pour une surveillance renforcée des parcs à huîtres : "Noël est une période à haut risque".

Même s'ils sont en baisse, les vols d’huîtres inquiètent toujours la filière ostréicole à l’approche des fêtes de fin d’année. Sur le bassin d’Arcachon, la production fait l’objet d’une surveillance particulière, à l'aide de drones de la gendarmerie nationale.

Une étendue immense et difficile d'accès. 700 hectares de terre au beau milieu du bassin d'Arcachon sont découverts à marée basse. Les nombreux parcs ostréicoles qui s'y trouvent sont parfois pillés par des voleurs d'huîtres. Un cauchemar qui peut coûter cher aux ostréiculteurs, car c'est autant de marchandise en moins à vendre en décembre.

Contrôles aériens

Avec ces poches d'huîtres à perte de vue, difficile de tout voir depuis un bateau. De jour comme de nuit, la gendarmerie quadrille le secteur, et, pour mieux détecter d'éventuels voleurs, utilise des drones permettant de prendre de la hauteur et d'effectuer des contrôles à 360 degrés. Pour accéder aux parcs à marée basse, c'est soit le bateau plat, soit le drone.

A marée basse, le drone permet de nous projeter sur une distance allant de 500 mètres à un kilomètre.

Cyrille

Cellule drone du Centre national d’instruction défense aérienne de la gendarmerie nationale

Grâce au drone, la gendarmerie relève le numéro de l'embarcation et note les personnes présentes dans les parcs, l'heure de passage, autant d'informations précieuses en cas de vol.

La présence de certains ostréiculteurs sur des sites donnés va permettre d'orienter l'enquête.

Major Jérôme Goussard

Commandant de la brigade nautique de la gendarmerie d’Arcachon

"On va s'orienter sur ces ostréiculteurs et procéder à des auditions de témoins, qui permettront de confirmer certains éléments ou pas, poursuit le Major de la brigade nautique d'Arcachon.

durée de la vidéo : 00h02mn01s
Reportage sur le bassin d'Arcachon de Alexis Delacour et Marc Lasbarrères. ©France 3 Aquitaine

Contrôles des marchandises à bord

Par ailleurs, les marchandises des ostréiculteurs sont régulièrement vérifiées. Le jour du tournage à bord du bateau de la gendarmerie, Vincent Eyquem, ostréiculteur de Gujan-Mestras, accepte volontiers le contrôle, d'autant qu'il a déjà subi des vols à sept reprises. " On a un parc ici avec que de l'huître vendable dessus, c'est facile d'accès. À une ou deux personnes, c'est vite volé", explique ce professionnel de la mer.

Si quelqu'un passe avec un bateau, il vous charge trois à quatre cents poches et rentre tranquillement.

Vincent Eyquem

Ostréiculteur de Gujan-Mestras

Ces dernières semaines, pas de recrudescence des vols. Il y en a même moins ces dernières années selon le représentant régional de la filière. Mais chaque méfait reste un coup dur à encaisser, d'autant plus que les vols d'huîtres ne sont pas assurables.

La profession redouble de vigilance à l'approche des fêtes de fin d’année. Les dernières semaines de  décembre sont jugées "les plus à risque".

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité