Bordeaux : un adolescent tué par balles aux Aubiers, quatre autres blessés

Nouvelle nuit de violences aux Aubiers à Bordeaux. Quatre adolescents âgés de 13 à 16 ans et un homme de 35 ans ont été blessés par balles peu avant 23 heures. L'un d'entre-eux, conduit aux urgences dans un état critique, n'a pas survécu. 

Vue aérienne du quartier des Aubiers à Bordeaux. Photo d'illustration.
Vue aérienne du quartier des Aubiers à Bordeaux. Photo d'illustration. © images@ 2021 Google

Quatre adolescents et un homme majeur ont été blessés par balle la nuit dernière place Ginette Neveu aux Aubiers, peu avant 23 heures dans la soirée du samedi 2 janvier. 

L'un d'entre eux, qui venait d'avoir 16 ans, a été conduit à l'hôpital Pellegrin dans un état critique. "Malgré des soins prodigués sur place par les secours, il devait décéder de ses blessures" indique le procureur de la République Frédérique Porterie, dans un communiqué. 

Deux autres adolescents, âgés de 15 et 16 ans, ont également été pris en charge dans un état jugé grave, mais leur pronostic vital n'était pas engagé. L'un souffre d'une blessure par balle sous le coeur, l'autre d'une blessure traversante au biceps et à l'omoplate. 

Un quatrième, âgé de 13 ans, a été plus légèrement blessé par balle au genou gauche. Un peu plus tard, un cinquième homme, âgé de 35 ans, s'est présenté aux urgences de Bordeaux-Nord en présentant une blessure par balle au mollet. 

"La famille de la victime décédée, résidente du quartier des Aubiers, va être prise en charge par le service d'aide aux victimes", ajoute Frédérique Porterie dans son communiqué. 

Des tirs d'arme automatique 

Les victimes se trouvaient sur la voie publique lorsque le ou les tireurs sont rentrés dans le quartier à bord d'un véhicule, et ont tiré avec une arme automatique. 

L'adolescent le plus gravement blessé a été retrouvé sur la voie publique par les secours, tandis que les trois autres s'étaient enfuis dans les étages des immeubles alentours avant d'être pris en charge et hospitalisés. 

Le ou les tireurs prennent la fuite 

Le ou les tireurs ont réussi à prendre la fuite. Pour l'heure, ils n'ont pas été interpellés. "L'enquête a été confiée à la Direction Zonale de la Police Judiciaire Sud-Ouest qui diligente de multiples investigations depuis hier soir" indique Frédérique Porterie. 

Sur place, une quarantaine de douilles d'arme de gros calibre ont été retrouvées, selon nos sources. 

Une période de conflits entre quartiers 

S'agit-il d'un règlement de comptes entre quartiers rivaux ? "L'audition de témoins et des victimes devrait permettre d'élucider ces faits qui s'inscrivent dans une escalade des tensions constatées entre quartiers depuis plusieurs semaines sans qu'à cette heure, aucun élément ne permette de relier ces faits entre eux" indique le procureur. 

D'autre part, plusieurs vidéos de la scène, qui ont beaucoup circulé sur les réseaux sociaux, "sont en cours d'exploitation". 

D'après Eric Marrocq, secrétaire régional du syndicat Alliance Police Nationale, des tensions entre quartiers des Aubiers et de Chantecrit couvaient depuis plusieurs jours. 

Deux jours plus tôt, des policiers avaient été pris pour cible aux Aubiers lors des violences urbaines de la nuit de la Saint-Sylvestre. Le représentant syndical ajoute qu'"il est remarquable de constater que là ou deux jours avant, les policiers étaient la cible de tirs de mortiers, ils deviennent des héros lorsqu'on a besoin d'eux". 

 

 

Carte : la fusillade s'est produite dans le quartier des Aubiers

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers