Bordeaux : les commerçants demandent le report des soldes à fin janvier 2021

A Bordeaux, comme dans de nombreuses villes de France, les commerçants demandent à décaler les soldes pour leur  permettre de « travailler avec des marges normales pendant un certain temps ». Ils espèrent une réponse rapide de Paris.
 
Durant les soldes, les commerçants sont autorisés à vendre à perte. Photo d'illustration.
Durant les soldes, les commerçants sont autorisés à vendre à perte. Photo d'illustration. © France 3 Aquitaine

C’est un cri poussé à l’unisson par différentes associations de petits commerçants de la France entière. « Ce n’est pas possible, il faut décaler », alerte Christian Baulme, président de la Ronde des quartiers à Bordeaux ainsi que des Commerçants et Artisans des Métropoles de France (CAMF).

S’aligner sur le décalage du Black Friday

Le Black Friday ayant été repoussé d’une semaine, il serait logique de décaler les soldes, selon ces commerçants indépendants. Cette journée de rabais a en effet été décalée du 27 novembre au 4 décembre. « On décale Black Friday d’une semaine, soit 15 jours avant noël, et on voudrait être début janvier en soldes… », conteste Christain Baulme. La CDF et la CAMF « rappellent que le report des soldes d’été au 15 juillet 2020 avait été jugés bénéfiques par l’ensemble des commerçants indépendants, à l’exception de certains commerçants situés dans la Capitale ».
 

Emprunts à rembourser

 « On ne peut pas passer son temps en soldes et vendre à prix réduit », affirme le président de la Ronde des quartiers. « Les commerces après avoir été fermé, ont dû emprunté pour survivre. Il faut qu’ils puissent avoir de conditions de marges normales pour pouvoir rembourser les emprunts ». Il rappelle que les soldes sont une autorisation de vendre à perte. Une equation que ne peuvent pas s’offrir les commerçants pour l’instant.
Vitrine de prêt-à-porter
Vitrine de prêt-à-porter © M.Blanloeil/france 3

Stocks à payer

« Il faut vendre pour payer ce qu’on a commandé pour le printemps », poursuit Christian Baulme. « La marchandise a été achetée mais quand on va être livré il va falloir payer. Dans la mode, on achète entre 4 et 8 mois avant. La collection printemps-été sera payée et livrée en février. Il faut donc gagner de l’argent d’ici là pour acheter la marchandise, mais aussi pour payer l’électricité, les loyers, les salaires et éventuellement se payer soi ».

Nouveau désaccord avec la grande distribution

C’est une nouvelle fois un sujet qui marque un peu plus les tensions entre la grande distribution et les petits commerces en France. Amazon et d’autres enseignes avaient accepté le report du Black Friday, selon Christian Baulme, un accord semble plus difficile à trouver avec la grande distribution sur les soldes de janvier. « Nous sommes en désaccord avec la grande distribution sur le sujet. Ils ne savent faire que des promotions et sont contre le décalage des soldes alors que cela fait la quasi-unanimité chez les petits commerçants. Or les dates des soldes doivent être communes à tout le monde ».

Les commerçants de la France entière attendent désormais une réponse au plus vite de Bruno Lemaire, ministre de l’Economie. « Si le ministre cède à la grande distribution », prévient Christian Baulme, « on en tirera les conclusions politiques, mais il fait se positionner vite, d'ici huit à dix jours ».
Cette décision concernerait 2000 commerces du centre-ville de Bordeaux, et près de 8000 sur la Métropole. Mais au-delà de la capitale girondine, c’est bien tous les magasins de Nouvelle-Aquitaine et de France qui décaleraient ainsi les soldes à fin janvier.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie covid-19 santé société