Cantines à Bordeaux : Pénalités financières pour lutter contre le gaspillage alimentaire

Publié le Mis à jour le
Écrit par CB et GD

Le gaspillage alimentaire dans les cantines scolaires coûterait près de cent mille euros chaque année à la ville qui a décidé d'organiser un système de pénalités. Chaque repas non prévu fera bientôt l'objet d'une retenue et des jours de carences seront appliqués aux enfants malades...


234 plateaux repas ont été commandés la veille dans cette école du centre-ville. Pourtant, certains ne seront pas mangés ce midi.

Comme tous les jours, quelques parents sont venus chercher leurs enfants à l'heure du déjeuner sans toujours prendre le soin de prévenir l'établissement.

Nous avons eu 12 enfants qui ne sont pas venus déjeuner sur l'école. 7 pour raisons médicales, 2 pour rendez-vous. Le reste... pas d'infos par les parents.


L'immense majorité des 16 600 élèves en primaire à Bordeaux déjeunent le midi à la cantine.

Dès la rentrée prochaine, les parents devront indiquer le nombre de jours de restauration souhaitée pour leurs enfants sur l'année. Tout repas supplémentaire sera facturé 2 euros 65 en plus du prix normal. 

Autre nouveauté, les enfants absents pour raisons médicales se verront appliquer deux jours de carence sur les repas.

Un enfant qui est absent une semaine, 5 repas, il y a deux jours de carence. Sur certificat médical, on rembourse.


Ce nouveau dispositif permettra à la ville de limiter le gâchis alimentaire mais aussi et surtout de réaliser des économies d'échelle.

Bordeaux donne chaque année 20 tonnes de produits issus de ses cantines à la banque alimentaire, soit un coût estimé de 100 000 euros.


Regardez le reportage de Guillaume Decaix et Sébastien Delalot.

durée de la vidéo: 01 min 27
Cantines à Bordeaux : Pénalités financières pour lutter contre le gaspillage alimentaire

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.