"Dérapages" au Crédit municipal de Bordeaux : amende minorée, la mairie "soulagée"

La mairie de Bordeaux s'est déclarée "soulagée" mardi après l'annonce par le superviseur bancaire d'une sanction de 120.000 euros, moindre que celle requise, après la découverte de "graves insuffisances en matière de gouvernance" au Crédit municipal de la ville à partir de 2016.

Le crédit municipal de Bordeaux. Photo d'illustration.
Le crédit municipal de Bordeaux. Photo d'illustration. © PHOTOPQR/SUD OUEST

"C'est une forme de soulagement. Quand on a pris le dossier, on s'attendait à pire", a indiqué à l'AFP Claudine Bichet, adjointe aux Finances de l'équipe dirigée par Pierre Hurmic (EELV), élu en 2020.

"On risquait un retrait d'agrément", a ajouté l'élue, saluant l'autorité qui a "entendu notre plaidoierie. Chaque euro en moins au Crédit municipal, ce sont des euros en moins pour l'action sociale" de la ville.

Fin mai, l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) avait demandé un blâme et une amende "pas inférieure" à 200.000 euros à l'encontre de la municipalité.

Il est reproché à la Caisse du Crédit municipal de Bordeaux (CCMB) d'avoir voulu se lancer à partir de 2016 dans des activités inédites "aux risques élevés" avec des gages à haute valeur, des prêts patrimoniaux ou des "prêts Sacem", sans avoir entrepris les démarches d'approbation.

Ont suivi de nombreux "dérapages", selon le superviseur bancaire, dus à de "graves insuffisances en matière de gouvernance", avec une "incapacité" du Conseil d'orientation et de surveillance (Cos) de l'établissement à exercer sa mission de contrôle.

"Il y a eu une responsabilité évidente de défaillance complète de la gouvernance", a ajouté Mme Bichet qui "met en cause la défaillance politique qui a laissé faire", pointant ainsi l'ancienne équipe municipale LR de la ville dirigée par Alain Juppé puis Nicolas Florian.

La Ville a par ailleurs déposé une plainte contre X à la mi-mai : "les faits sont graves", a insisté l'adjointe. Une enquête préliminaire pour tentative d'escroquerie, lancée en 2019, est toujours en cours.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique société justice