• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Face à l'afflux de squats illicites, le maire de Bègles demande de l'aide à l'Etat

Vingt-quatre appartements de la cité Maurice Thorez sont squattés / © Guillaume Decaix / France 3 Aquitaine
Vingt-quatre appartements de la cité Maurice Thorez sont squattés / © Guillaume Decaix / France 3 Aquitaine

La ville de Bègles concentre 30% des squats de la métropole. Le  maire EELV de Bègles Clément Rossinol Puech tire la sonnette d'alarme et demande des solutions pour pouvoir accueillir "dignement" les réfugiés sur le territoire français

Par MK avec Guillaume Decaix

Ce sont des familles installées par des réseaux mafieux. Originaires d'Albanie, elles occupent des logements rapidement transformés en squats. Ainsi dans la cité Maurice Thorez, 24 appartements sont squattés, dont une quinzaine dans une seule tour. Les entrées de l'immeuble sont gardées par les membres du réseau, qui encaissent également des loyers. 



En février, un campement situé dans un entrepôt de la commune, et dans lequel une trentaine de personnes, principalement bulgares vivaient a pris feu. Fort heureusement, aucune victime n'a été à déplorer.


 

Près d'un tiers des squats de la métropole situés à Bègles


Mais pour la ville c'en est trop. Alors que la Gironde est le quatrième département le plus squatté de France, 30% de ces squats se trouvent à Bègles, ville de 29 000 habitants. Le maire, Clément Rossignol Puech a tenu une conférence de presse ce jeudi.

"Ce que nous demandons fermement, c'est que l'Etat qui a la compétence, via Madame la préfète, organise une conférence de maires, avec les présidents de la métropole, du département et de la région. Il faut résorber ces bidons villes à ciel ouvert qui sont inacceptables dans notre pays", a déclaré l'élu.

 
Squats illicites : le maire de Bègles demande de l'aide à l'Etat
 

"Solution commune"

L'élu appelle à une "solution commune" et demande aux  28 communes de la métropole à prendre leur part et à accueillir les "200 personnes" qui vivent en squat sur l'agglomération bordelaise.



Le président de la métropole Patrick Bobet serait favorable à la tenue d'une telle conférence. Une mission "squat", pour laquelle cinq personnes sont en cours de recrutement, a par ailleurs été créée à la métropole.


Mais le maire de Bègles a d'autres requêtes. L'élu demande notamment la nomination d'un sous préfet dédié aux questions de l'habitat d'urgence, un poste déjà existant dans le département de la Loire Atlantique. Clément Puech Rossignol souhaiterait également que le Faru, le fonds d'aide aux collectivités sur le relogement d'urgence ait un référent à l'échelle départementale.

 

Alerter sur la géopolitique albanaise

Le 22 avril, le maire a écrit au Premier ministre Edouard Philippe, pour "alerter sur la situation géopolitique de l'Albanie et de l'exode massif qui en découle".

Clément Puech Rossignol a ainsi rappelé que bien que l'Albanie soit qualifiée de pays "sûr" par la France, une classification qui ne facilite pas l'obtention de demande d'asile par les exilés, 10% de la population a pourtant fui le pays. En cause : la situation économique, mais aussi la violence et la corruption en vigueur dans le pays.

"Je souhaiterais que soit examinée avec la plus grande bienveillance la situation des immigrés albanais situés sur le territoire français, et que soient donnés les moyens aux collectivités territoriales d'accompagner les familles qui le souhaitent vers une intégration réussie", a conclu l'élu Europe Ecologie les Verts
 

Sur le même sujet

Patrick Bruel : retour sur ses premières Francos

Les + Lus