Gironde : 51 Afghans évacués de Kaboul sont arrivés à Bordeaux

Le préfecture de Nouvelle-Aquitaine annonce l'arrivée de 51 Afghans, "pour l'essentiel des familles", à Bordeaux dans la nuit du jeudi au vendredi 27 août, dans le cadre des opérations d'évacuations menées par la France depuis Kaboul.
Cette photo réalisée par l'Etat major des armées montre des ressortissants afghans évacués de l'aéroport de Kaboul par la France le 26 août 2021.
Cette photo réalisée par l'Etat major des armées montre des ressortissants afghans évacués de l'aéroport de Kaboul par la France le 26 août 2021. © ETAT MAJOR DES ARMÉES / AFP

Dans la nuit de jeudi à vendredi 27 août, 51 ressortissants afghans évacués de Kaboul par la France sont arrivés à Bordeaux, annonce la préfecture de Gironde. 

"Ces personnes ont été évacuées en raison de leurs liens avec la France, elles ont travaillé pour les intérêts de la France sur place, notamment pour son armée ou son ambassade", soulignent les services de l'Etat. 

Il s'agit pour "l'essentiel de familles", qui doivent pour l'instant respecter une quarantaine de dix jours (sauf schéma vaccinal complet)", et à qui la vaccination contre le Covid-19 sera proposée. 

Parmi ces familles on compte une quinzaine de jeunes enfants dont un bébé de quelques mois. "Ils étaient très fatigués" témoigne Harmonie Lecerf l'adjointe au maire de Bordeaux chargée de l'accès aux droits et des solidarités qui est allée les accueillir à leur arrivée.

"Ils avaient le visage très fermé c'était un moment assez difficile. Ils essayaient de nous saluer mais certaines femmes, certains enfants n'arrivaient même pas à lever la tête pour nous parler. Ils se sont effondrés sur leurs chaises, ont mangé un peu et sont allés se coucher".

Ces 51 personnes sont hébergées dans une structure mise à disposition par la mairie de Bordeaux.

Le maire de la ville, Pierre Hurmic, avait été l'un des premiers élus à s'engager pour l'accueil de réfugiés afghans dans la ville, avant que tous les élus de la métropole de Bordeaux ne lui emboîtent le pas. 

"Sous l’autorité de la préfète de la Gironde, Fabienne BUCCIO, les services de l’État, en partenariat avec les élus locaux, mettent tout en œuvre pour leur offrir les meilleures conditions d’accueil" précise la préfecture, qui indique que les familles qui souhaiteront demeurer en France seront accompagnées dans leur demande d'asile. 

Plus de 2 500 Afghans ont rejoint la France lors de ces opérations d'évacuation, depuis la prise de pouvoir des talibans le 15 août.

Un "guichet unique spécial" va ouvrir lundi 30 août à Paris pour enregistrer les demandes d'asile des Afghans évacués de Kaboul, a annoncé à l'AFP l'Office français de l'immigration et de l'intégration (Ofii), chargé de leur accueil.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
réfugiés société international