Gironde : à 75 ou 80 ans, ils font les vendanges pour compléter leur retraite

Le coup d'envoi des vendanges a été donné mardi dans le bordelais, avec près de 15 jours d'avance du fait des fortes chaleurs et de la sécheresse. Dans les rangs de vigne on trouve des saisonniers, des étudiants mais aussi des retraités.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

"Comme d'habitude on coupe tous les raisins, on trie, on nettoie, pas de feuille dans les paniers, on ramasse tranquillement".

Il est 7 heures passé de quelques minutes en cette première semaine de vendanges, Fabien Teitgen, le directeur du Château Smith Haut Lafitte donne les consignes à son équipe de plusieurs dizaines de coupeurs.

"Cette année, il n'y a pas de pourri, peut-être quelques raisins secs, il n'y aura pas beaucoup de tri à faire. Allez on attaque bonne journée !"

De l'étudiant au retraité

"On a des profils très différents pour les vendanges. On a nos salariés à l'année, nos saisonniers habituels, des personnes qui viennent spécialement de l'étranger et puis des étudiants et des retraités" explique Fabien Teitgen, ravi de ce " fantastique brassage de population".

Pour Julien et Lisa, tous deux étudiants, ramasser les raisins est un précieux job d'été pour aider au financement de leurs études.

Ca me permet d'aider mes parents à payer mon loyer et le reste. Et comme ça je travaille moins pendant l'année, je peux me concentrer sur mes études

Lisa - 22 ans - étudiante

Un peu plus loin, le dos penché sur la vigne, Daniel, 80 ans, enchaîne les coupes.

"J'aime être en plein air, j'adore ça".

Il a décidé de se lancer dans les vendanges il y a 20 ans. "Je m'y plais" dit-il simplement. " Je fais aussi la taille, tout ce qui doit être fait, ça m'intéresse".

Les limites de l'âge

Je pense que je vais continuer un peu, peut-être pas longtemps. Là je commence à réduire quand même un peu mes journées surtout avec ces chaleurs. Mais ça se passe très bien, faut dire que je suis un ancien sportif, ça joue beaucoup je pense. 

Daniel, 80 ans, vendangeur

Le job lui permet de pouvoir compter sur un petit complément de retraite, ce qu'il dit être " appréciable surtout en ce moment !".

A 75 ans, Marie-Jo est aussi une habituée des vendanges. 

"Je les faisais aussi pendant ma vie active, pendant mes congés. C'est un apport financier, c'est surtout ça, pour moi qui suis retraitée de la fonction publique. Et puis c'est pas désagréable". Elle a également dû réduire sa présence dans les vignes cette année." Avant je faisais aussi l'effeuillage mais pas cette année. On prend de l'âge hein !" sourit-elle.

Besoin de main d'œuvre

Cet été 2022, les premiers coups de sécateurs ont été donnés mardi 16 août sur les blancs secs dans le bordelais.

Ces vendanges, très précoces, ont obligé les propriétaires à accélérer le recrutement. Pas évident pour tous les châteaux avoue Fabien Teitgen.

Ici, à Pessac-Léognan, on a la chance d'être un vignoble périurbain, à proximité de la ville, on a un bassin de population assez important donc on arrive à trouver relativement bien. Mais dans les secteurs plus éloignés de Bordeaux c'est beaucoup plus compliqué de trouver du monde

Fabien Teitgen - Directeur château Smith Haut Lafite

Des centaines de postes de vendangeurs sont à pourvoir en Gironde. Ils sont à consulter sur le site de pôle emploi mais aussi sur des moteurs de recherche spécialisés 

Les salaires proposés sont compris entre 11 et 12 euros de l'heure pour des emplois en septembre.

Voir le reportage de J.P. Stahl et A. Farbos :

Le coup d'envoi des vendanges a été donné mardi dans le bordelais, avec près de 15 jours d'avance du fait des fortes chaleurs et de la sécheresse. Dans les rangs de vigne on trouve des saisonniers, des étudiants mais aussi des retraités. ©France télévisions