L’artisanat attire de plus en plus de jeunes en Nouvelle-Aquitaine dans un contexte économique compliqué

replay

L’artisanat gagne du terrain, et les centres de formation d’apprentis font le plein. Une dynamique que l’on retrouve dans tous les territoires, urbains comme ruraux.

Le secteur de l’artisanat est varié. Pour aider les jeunes à choisir, le centre de formation d’apprentis de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de Nouvelle-Aquitaine organise le samedi 16 mars sa première journée « portes ouvertes » régionale. Une journée qui permettra aux futurs apprenants de s’immerger dans l’univers de la formation en alternance, aux côtés de passionnés.

L’artisanat, c’est plus de 250 métiers

Chaque année, plus de 100 000 apprentis sont formés aux métiers de l’artisanat dans les 137 CFA du réseau des Chambres de Métiers. L’artisanat offre une grande diversité de métiers. En Nouvelle-Aquitaine, 350 formations en apprentissage sont proposées dans 250 métiers.

Voie royale pour une insertion durable dans le monde du travail, l’apprentissage dans l’artisanat est un tremplin alliant la préparation d’un diplôme avec un travail salarié.

Tous les secteurs de l’artisanat recrutent.

À l’issue de l’apprentissage, l’insertion professionnelle est rapide. 80 % des jeunes diplômés trouvent un emploi dans les sept mois qui suivent leur sortie de formation.

En Nouvelle-Aquitaine, les centres de formation font le plein. Le nombre d’apprenants est de 12 791 aujourd’hui contre 12 667 l’année dernière.

Découvrez les différents métiers liés à l’artisanat sur la plateforme unmetierdeouf.fr.

Faire le choix de l’artisanat est un choix d’avenir. Entreprendre avec le réseau des CMA est l’assurance de réussir. Nous sommes des créateurs de destins. Nous faisons en sorte de permettre à chacun d’acquérir toutes les compétences nécessaires et de s’épanouir dans l’artisanat.     

Joël Fourny  

Président de CMA France

Les entreprises artisanales ont le vent en poupe 

En 2022, le nombre de créations d’entreprises artisanales en France a franchi pour la première fois la barre des 250 000 ouvertures, selon le baromètre ISM-Maaf des créations d’entreprises en artisanat, soit une progression de 7 % par rapport à 2021. En Nouvelle-Aquitaine, cette hausse est de 5 %.

38 % des créations le sont dans le secteur des services, 37 % dans le bâtiment, 15 % dans la production et 10 % dans l’alimentation. 

Comment se porte l’artisanat en Nouvelle-Aquitaine ?

Malgré le contexte économique, pas si mal si on en croit les résultats de notre dernière enquête de conjoncture. Fin 2023, un peu plus de la moitié (54 %) des dirigeants d’entreprises artisanales de notre région ont témoigné de leur confiance en l’avenir pour leur entreprise. Le secteur alimentaire est nettement plus inquiet (46 % de confiants). Par rapport à la situation financière, 63 % des répondants se disent en situation de fragilité (niveau stable par rapport à 2022). Maintenir et développer la clientèle, cela reste le principal défi à relever pour les artisans dans le contexte inflationniste actuel. Après le choc des charges, les artisans doivent faire face à la diminution du pouvoir d’achat des clients. Cette problématique touche 65 % des répondants, et plus particulièrement le secteur alimentaire. En effet, ce secteur se révèle le plus fragile, car il est pris en étau entre :

- d’une part, l’impact de la hausse des matières premières et de l’énergie, notamment, depuis 2022,
- et d’autre part, la forte baisse de la consommation en lien avec la diminution du pouvoir d’achat des clients qui se fait clairement ressentir aujourd’hui.

Le secteur du bâtiment est aussi en difficulté avec des hausses, des défaillances et une baisse des carnets de commandes. 

Quels sont les secteurs les plus dynamiques ?

Tous les secteurs de l’artisanat sont dynamiques ! Se battre pour résister aux aléas, s’adapter à toutes les crises, c'est dans l’ADN de l’artisanat depuis toujours. Du dynamisme, nos artisans n’en manquent pas, sans cela, ils peuvent tirer le rideau. Si votre question est plutôt de savoir quel secteur s’en sort le mieux, alors, je dirais les services, parce que le coût des matières premières y est moins impactant.

Vos principaux chantiers pour 2024 ?

Toujours au soutien ! Notre principal chantier, sera de continuer à accompagner les entreprises et de former les jeunes aux métiers de l’artisanat en trouvant de nouvelles ressources, car l’État se désengage. À presque un an des célébrations du centenaire de la création des Chambres de Métiers et de l'Artisanat, notre établissement fait face à des défis majeurs. D’une part, nous subissons une baisse de nos ressources fiscales puisque l’état va retenir une partie de la taxe pour frais de chambre de métiers, sans la baisser pour les entreprises.

D'autre part, la baisse du niveau de prise en charge des diplômes en apprentissage par France compétence, menace nos centres de formation et notre capacité à former les jeunes dans les métiers en tension.

Comme pour les entreprises artisanales, notre faculté d'adaptation, c'est notre force. En 2024, nous devrons continuer de nous adapter pour offrir à nos publics un accompagnement toujours aussi qualitatif et efficace. 

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité