Les Bordelais rendent hommage à "Neneuil", le libraire libre

Un hommage est rendu ce samedi 23 janvier à Dominique Duhoux, dit Neneuil. Le quinquagénaire, sans domicile fixe, qui tenait une "librairie libre" place de la ferme Richemont est décédé le 16 janvier 2021.

© Johanna Turpeau - France 3 Aquitaine

Les Bordelais étaient appelés ce samedi 23 janvier, à braver la pluie pour rendre un dernier hommage à Dominique Duhoux, surnommé Neneuil. Ce quinquagénaire, sans domicile fixe tenait une librairie - bibliothèque libre, soit des étagères remplies de livres et quelques fauteuils, disposés à même la rue, devant le palais des Sports. Il s'est éteint le 16 janvier, victime d'un cancer.

© Johanna Turpeau - France 3 Aquitaine

Un dernier au revoir

Alors riverains, voisins, amis, sans abris, connaissances ou simples  amoureux des livres sont venus sur place, "à son bureau" pour lui dire au revoir. Toute la semaine, et à nouveau ce samedi, des petits mots, des textes, des photos ont été déposés. Sur un cahier, figurent les remerciements de tous ceux qui l'ont côtoyé, de près ou de loin.

"J'habite dans le quartier. Tous les matins, je passais devant Dominique pour aller au travail. Je lui donnais souvent à manger en rentrant des courses. C'est une âme du quartier qui s'en va", explique les larmes aux yeux, une riveraine venue déposer un mot sur le cahier.

Il était souriant, poétique, nostalgique, pur et sincère. Quand il n'était pas là, je me demandais où il était. Je ne savais pas qu'il était malade, donc j'ai été un peu choquée de la nouvelle.

Une riveraine de la librairie de Dominique Duhoux

Un esprit libre et fédérateur

Le libraire a toujours naturellement fédéré autour de lui. Ainsi, en 2018, les policiers municipaux avaient détruit sa collection de livres, exposée dans la rue. S'en était suivie une vaste vague d'indignation sur les réseaux sociaux et les médias locaux.

Alain Juppé, alors maire de Bordeaux, avait lui-même fait part de son mécontentement. Deux jours après les faits, de nouveaux livres avaient été réinstallés, au même endroit, devant le parking Victor Hugo.

© Johanna Turpeau - France 3 Aquitaine

"Dominique était l'ami de tous. Je me garais tous les jours au parking, chez lui. Très souvent on échangeait quelques mots, on discutait de la vie, de la société, de la politique, de tout ce qui intéressait Neneuil et Dieu sait s'il y avait des choses qui l'intéressaient", se souvient Jean-François Traumat, présent au rassemblement ce samedi.

C'était un homme libre, qui ne voulait pas s'enfermer entre quatre murs. Il refusait d'être prisonnier des biens. Cette liberté qu'il s'octroyait, c'était son bien le plus précieux. (…) Il nous manque à tous. Le parking est devenu très triste, on sent que son cœur s'est arrêté de battre.

Jean-François Traumat, éducateur de quartier, ami de Neneuil

Une cagnotte pour financer les obsèques

Le rassemblement avait également pour but de financer les obsèques de Dominique Duhoux. Une urne de bois fait office de cagnotte, afin de récolter des fonds pour financer ses obsèques. Une messe sera donnée mardi 26 janvier, à 10 heures, à l’église Saint-Paul, rue des Ayres, à Bordeaux.
Les cendres de Neneuil doivent ensuite être dispersées en Bretagne.

 

Voir le reportage de France 3 Aquitaine
 

Bordeaux : dernier hommage à Neneuil, le libraire de rue

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture hommage société