• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

“ Les Raisins de la misère ” : le livre qui révèle la pauvreté à l'ombre de certains châteaux de Bordeaux

Le livre sort ce mercredi 3 octobre en librairie. Il met en lumière la pauvreté chez les ouvriers des prestigieux châteaux du Bordelais. / © Christine Le Hesran
Le livre sort ce mercredi 3 octobre en librairie. Il met en lumière la pauvreté chez les ouvriers des prestigieux châteaux du Bordelais. / © Christine Le Hesran

Médoc, St-Emilion, Sauternes... derrière ces noms prestigieux, voici une plongée dans un monde caché, celui des ouvriers saisonniers vivant dans la précarité sur ces territoires connus pour leur richesse et leur beauté. On y loge pourtant dans la misère et on mange grâce à l'aide des associations. 

Par Christine Le Hesran

À l'ombre des châteaux du Bordelais, la face cachée est moins brillante. Auteure du livre "Les Raisins de la misère", Ixchel Delaporte, journaliste à l'Humanité, a elle-même été surprise de ce contraste visuel lors de son enquête. Se retrouver dans un territoire magnifique, au milieu des vignes et de beaux châteaux et un peu plus loin tant de pauvreté. Le constat est rude. 
                                                                            

Le couloir de la pauvreté 


Le point de départ c'est une note de l'INSEE en 2011. Elle fait apparaître un couloir de la pauvreté qui pour l'auteur n'a jamais été vu ailleurs en France sur un si petit territoire. Et pas n'importe quel territoire justement : celui des grands crus, qui exposent une richesse. Alors pourquoi tant de pauvreté au milieu de ces fortunes ? Ixchel Delaporte veut mettre ceci en lumière : 

Une extrême pauvreté qui n'est pas connue du grand public. 

Tous les détails de la note de l'INSEE 2011 sont ici :

Ixchel Delaporte a passé plusieurs mois dans le couloir de la pauvreté en Gironde. Il est calqué sur les territoires des grands châteaux du Bordelais. / © Olivier Coret
Ixchel Delaporte a passé plusieurs mois dans le couloir de la pauvreté en Gironde. Il est calqué sur les territoires des grands châteaux du Bordelais. / © Olivier Coret


Le quart monde aux portes de certains châteaux

 

Ixchel Delaporte a rencontré des familles qui ne mangent pas tous les jours à leur faim, qui vivent dans des logements de misère. Une misère qui se cache dans les bois, au bord de la Garonne ou la Dordogne, sous des tentes. Dans des logements peu salubres ou loués à prix d'or par des marchands de sommeil.

Elle témoigne de cette femme rencontrée qui vit avec sa fille, son petit-fils. Elle fait les poubelles des supermarchés dans le Sauternais pour se nourrir. Décidément, travailler dans les vignes comme petites mains n'empêche pas la grande précarité. "Ce ne sont pas gens en CDI, ils ne sont pas employés d'un château. La majorité travaillent en contrat à durée déterminé, des petites missions d'interim ou avec des prestataires de service. "

 Les châteaux n'embauchent plus, les prestataires se chargent de former les équipes et de donner les services clés en mains.

D'après l'auteure de l'enquête, cette évolution est marquante "depuis une dizaine d'années."

Des prestataires qui font le lien avec des étrangers marocains, latino-américains qui arrivent par exemple à Pauillac car ils ont entendu dire qu'il y avait du travail. 

Là ils sont inféodés aux prestataires de service, qui fixent eux-mêmes le taux horaire, parfois ne les payent pas. 

Avant, les châteaux savaient ce qui se passait sur leur exploitation, maintenant avec les prestataires, il y a comme un voile. 

Financièrement, c'est bien pour les châteaux, le coût du travail baisse.
 

Les vignes du Bordelais où les saisonniers travaillent été comme hiver. / © Christine Le Hesran
Les vignes du Bordelais où les saisonniers travaillent été comme hiver. / © Christine Le Hesran

Un héritage de l'histoire 


Les châteaux ont toujours fonctionné avec des petits mains.  "Ce n'est pas une coïncidence car historiquement dans le Bordelais, il y a toujours eu une mainmise des châteaux par les grands propriétaires, ça existe depuis le 17e siècle quand le port bordelais prend son essor. Le territoire s'enrichit du commerce avec les Antilles, commerce triangulaire."

Médoc, St-Emilion, Sauternes, sur ces territoires aujourd'hui, beaucoup sont dépendants de l'économie de la vigne. Ixchel Delaporte a rencontré ces habitants qui n'ont "pas de formation, de voiture, de possibilité de partir, pas beaucoup de niveau d'études, il ne reste que la vigne". D'ailleurs, ce qui se dit là bas aux enfants en guise de punition et entendu par l'auteure "Si tu ne travailles pas bien à l'école, tu vas finir dans la vigne."
 

Silence au château


Ixchel Delaporte a contacté les châteaux prestigieux via leur service de presse car il est difficile d'approcher directement les grands noms, les grands propriétaires qui sont parmi les plus grandes fortunes du pays. Pas de réponse. 

Elle ne met pas pour autant tous les châteaux dans le même panier. " Certains se sont adaptés comme Rothschild en mettant à disposition des terrains pour que les saisonniers installent leur campement" note l'auteure. 


La montée du vote extrême-droite

Si l'on calque ce couloir de la pauvreté en Gironde sur le résultat des urnes, le constat est sans équivoque. Le vote Front National des dernières élections y est fortement présent, en progression. Ce sentiment de pauvreté, ajouté à un sentiment d'abandon de ces territoires, difficultés de transports par exemple, a engendré cette tendance au vote extrême. 












 

Sur le même sujet

Grogne des avocats

Les + Lus