Reprise des Girondins de Bordeaux : pour Gérard Lopez, "l'objectif, c'est d'être dans la première moitié de tableau"

Ce vendredi 23 juillet, l'homme d'affaires hispano-luxembourgeois Gérard Lopez est officiellement devenu propriétaire des Girondins de Bordeaux, après le désengagement de King Street. Quels sont ses objectifs pour le club ?
Gérard Lopez, homme d'affaires hispanico-luxembourgeois, est le nouveau propriétaire de Bordeaux.
Gérard Lopez, homme d'affaires hispanico-luxembourgeois, est le nouveau propriétaire de Bordeaux. © France 3 Aquitaine

France 3 Aquitaine : maintenant que la reprise est confirmée, quel est votre projet pour le club ? 

Gérard Lopez : On est devant une situation très compliquée. Je pense que les gens ne se rendent peut-être pas compte à quel point nous sommes passés à côté de quelque chose de catastrophique pour le club. Avoir une Ligue 1 sans les Girondins, c'est un peu impensable. Maintenant qu'ils y sont, on va essayer de travailler avec toutes les forces vives pour retrouver le rang qui est le leur. 

Pour être arrivés ici, on va déjà remercier la région, le maire, et beaucoup les supporters aussi, qui ont cru dans tout ça. Et maintenant il va falloir travailler ensemble pour créer un projet sportif, ancré dans la région, qui renforce le club, et le remettre au niveau où il devrait être en Ligue 1, c'est-à-dire certainement première moitié du tableau pour commencer. Et après, aller chercher les places européennes. 

Votre passage à Lille a laissé de très bonnes traces sportives, mais un peu moins du côté des finances. Y a-t-il besoin de rassurer les gens à ce sujet, et si oui comment ? 

Gérard Lopez : non, il n'y a pas de besoin de rassurer. Ce qu'on dit sur le sportif, les gens ont raison. Et ce qu'on dit sur le financier, cela n'a jamais été étayé. Aujourd'hui, Lille est sans doute le troisième club le plus riche de France. Je n'ai jamais vu une information [contraire] étayée par des vrais chiffres, alors que moi, les chiffres, je les ai.

Il y a un projet sportif qui a réussi, il y a un projet financier qui a été très bon pour le club, et aujourd'hui, il s'agit de faire quelque chose qui tienne la route avec Bordeaux, en sachant que Bordeaux est un club très important. Je pense que les soucis à se faire, c'est plutôt par rapport à la situation dans laquelle on trouve le club aujourd'hui. Et c'est là-dessus qu'il va falloir travailler, d'abord pour apporter de la stabilité. Et une fois qu'on aura atteint cette stabilité-là, construire là-dessus. 

Y aura-t-il des changements d'effectifs sur le bord du terrain ? 

Gérard Lopez : il y aura des changements en général, dans le club. Maintenant, on ne veut pas faire peur à qui que ce soit, car toutes les décisions ne sont pas encore prises. On les prendra le moment venu. Si on parle spécifiquement de l'entraîneur par exemple, j'ai eu une très bonne entrevue avec lui, on se respecte, c'est quelqu'un qui a été au club dans une période très compliqué. Maintenant, la décision sera prise dans les jours qui viennent, et on verra. 

Le choix de l'entraîneur, est-ce votre dossier prioritaire ? 

Gérard Lopez : étant donné le temps qui est compté, et la situation dans laquelle se trouve le club, il y a énormément de dossiers prioritaires, c'en est un. Les joueurs en sont un autre, le club lui-même aussi. Il y a pas mal de choses à régler en très peu de temps, surtout pour pouvoir vraiment lancer le projet le mieux possible. On savait que c'était compliqué, on est quasiment au mois d'août. En théorie, un truc comme ça, ça se fait à partir du mois de mai, c'est-à-dire la dernière journée du championnat. Ce n'est pas le cas, on ne fera pas la fine bouche, mais on va travailler encore plus pour être plus rapides et plus efficaces dans ce qu'on doit faire. 

Étant donné cette reprise tardive, les objectifs annoncés sont-ils valables dès cette année 2021-2022 ? 

Gérard Lopez : on n'a pas le choix, ce sont les Girondins de Bordeaux. On ne va pas dire qu'on va se battre pour rester en Ligue 1 ! À partir de là, le seul objectif pour cette saison, c'est de rester dans la première moitié de tableau, et puis de voir comment on peut construire. C'est vrai que ça met de la pression sur tout le monde, y compris sur moi. Après, il faut faire le travail et faire en sorte que ça se réalise. 

→ regardez l'interview (version longue) de Gérard Lopez 

Reprise des Girondins de Bordeaux : Gerard Lopez détaille son projet

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
girondins de bordeaux football sport ligue 1