Université de Bordeaux : des sessions de substitution proposées aux étudiants malades du covid

Publié le
Écrit par C.A. avec S. Valero et T. Elobo

Deux sessions de substitution seront organisées courant janvier et à la mi-février pour rattraper les examens de décembre et début janvier. Elles ne seront destinées qu'aux seuls étudiants absents pour cause de covid.

"Pour cette semaine de partiels les cas de covid sont beaucoup plus nombreux que pour les examens de décembre" reconnaît Bertrand Blancheton, le doyen de la faculté d'Economie Gestion et AES.

De plus en plus de cas 

"Sur les deuxièmes année d'éco-gestion par exemple, ils sont à peu près 400 élèves au total, on avait une quinzaine de cas en décembre et là ça a doublé en janvier".

Le protocole est strict pour les étudiants atteints du covid. Il n'est pas question qu'ils se rendent aux examens comme le rappelle le président Manuel Tunon de Lara. 

"Les étudiantes et étudiants positifs au Covid au moment de la tenue des examens ne doivent pas s’y présenter. Ils doivent informer leur service de scolarité pour justifier de leur absence et se déclarer sur le formulaire StaySafeUB".

Les cas contacts, pour leur part, ont l'autorisation de se rendre sur le campus à la condition qu'ils aient un schéma vaccinal complet et réalisé un test PCR ou antigénique négatif. "Sinon ils doivent s’isoler et prévenir la scolarité".

"Certains viennent même s'ils sont positifs"

Les étudiants sont de plus en plus touchés, à l'image de l'ensemble de la population, et encore, tous ne déclarent pas leur maladie comme l'affirme Apolline Dumar, qui préside la Fédération d'Associations Etudiantes ATENA.

"Certains viennent passer leurs partiels même s'ils sont positifs parce qu'ils craignent de devoir réviser de nouveau pour les sessions de rattrapage. Tout ça génère beaucoup de stress et d'angoisse".

Pour Apolline et sa fédération, tous doivent prendre conscience des risques. "C'est de la responsabilité de chacun de faire attention à son environnement, à sa santé et à la santé des autres".

Pas question de mettre en place un pass pour les examens. "Ils ne sont pas exigés pour les cours, ce ne serait pas très cohérent. Et on ne peut pas demander des tests avant chaque partiel !"  

Les gestes barrières respectés

Le pass sanitaire n'est de toute façon pas une option à la fac. "On ne le demande pas" assure Bertrand Blancheton.

"On nous demande juste de mettre du gel et d'avoir le masque. Après, il y a la distanciation puisqu'en examen on est éloigné, une place sur deux" témoigne Lucie-Marie, étudiante en 1ère année de Licence Accès Santé, croisée sur le campus.

"Les gestes barrières sont même mieux respectés qu'en cours où on est tous collés les uns aux autres" ajoute Marine, qui sort elle d'un partiel de Droit.

Des sessions de substitution spécial covid, pas forcément sous la même forme

"C'est très important pour nous de faire ces examens sur site. On a prévu le cas de figure des étudiants atteints du covid. On leur organisera des sessions de substitution qui ne seront dédiées qu'à ces malades du covid" précise le doyen d'Eco-Gestion.

Ces épreuves doivent être organisées moins de deux mois après les examens initiaux. Et les étudiants doivent être prévenus au moins 15 jours avant.

"Les épreuves de substitution ne seront pas forcément au même format que les examens initiaux. Il pourra s’agir par exemple d’épreuves orales" indique l'université.

Ces examens devraient se tenir courant janvier en rattrapage des partiels de décembre et les 17 et 18 février en lieu et place des partiels de janvier.