• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

[ VIDEO ] La renaissance du muséum d'histoire naturelle de Bordeaux

La nouvelle vie du Muséum de Bordeaux, un musée pour tous

Il a fallu patienter dix ans mais voilà à nouveau les riches collections du Muséum de Bordeaux exposées dans un lieu entièrement restauré. Une balade naturaliste aux vertus pédagogiques qui va dans le sens de la protection des espèces et de la planète.

Par Christine Le Hesran

Il y a les habitués et les petits ( grands ! ) nouveaux.... Kaïlou fait partie des derniers arrivés. La girafe a rejoint la cohorte des grands animaux qui vont faire l'émerveillement des visiteurs. Elle provient du zoo de Doué la Fontaine en Anjou.
Kaïlou la girafe a trouvé sa place au milieu des grands animaux, salle du deuxième étage / © Christine Le Hesran
Kaïlou la girafe a trouvé sa place au milieu des grands animaux, salle du deuxième étage / © Christine Le Hesran

Nous sommes dans la grande galerie, au deuxième étage, qui témoigne de la diversité du vivant et de la place de l'homme dans cet environnement sensible. 
La galerie a gardé son lustre d'antan mais tout ici a été restauré. Elle a gardé son côté " cabinet de curiosité ".

L'ours blanc y a sa place, il a rejoint le Muséum il n'y a pas si longtemps. Nous avons demandé à Lucie Loiseau, agent technique des collections, de choisir un animal symbole du  renouveau du muséum, c'est lui.  

J'ai choisi l'ours blanc car c'est l'une de nos dernières naturalisation. L'ours blanc s'inscrit dans un discours que l'on souhaite faire partager, une prise de conscience qu'on aimerait que les gens aient en venant ici. L'ours malheureusement à terme disparaîtra si l'homme ne change pas son quotidien.
 

L'ours blanc, symbole des espèces menacées par l'activité humaine. / © Christine le Hesran
L'ours blanc, symbole des espèces menacées par l'activité humaine. / © Christine le Hesran


La richesse des collections

Lucie et les équipes du muséum ont un espoir : que les visiteurs soient marqués par ces animaux. Une autre dimension, un autre sens par rapport aux images vues à la télé ou sur internet. 

Dans cette grande salle qui accueille un nombre incroyable de spécimens, il y a l'ours blanc, la girafe, mais aussi de plus petits animaux issus de tous les continents. Une sélection d'environ 3 500 spécimens est exposée mais les réserves du muséum en compte un million. Toutes les collections ne peuvent trouver leur place, elles sont gardées précieusement dans les réserves dédiées à Bacalan. 

Car tous ces trésors ont constitué une superbe collection au fil des siècles. Bordeaux, porte d'entrée sur tous les continents par la voie maritime, a constitué sa collection à partir des dons. Dans la vitrine, au milieu des animaux, un buste. Lucie Loiseau nous explique pourquoi il est ainsi mis en valeur.

C'est Journu Aubert, il a une place de choix car il fait partie des premiers qui ont donné leur collection au muséum. C'est grâce à ces personnes qui sont des armateurs que le muséum a pu naître.

Beranrd Journu-Aubert, armateur du XVIIIe siècle, a offert le cabinet de curiosité constitué par son père Bonaventure Journu, en 1804 à la ville de Bordeaux. / © Christine le Hesran
Beranrd Journu-Aubert, armateur du XVIIIe siècle, a offert le cabinet de curiosité constitué par son père Bonaventure Journu, en 1804 à la ville de Bordeaux. / © Christine le Hesran


Espèces disparues


Quatre cents ans plus tard, le témoignage de cette diversité collectée par les voyageurs sur place a un tout autre sens.

Enfants, enseignants, parents, touristes auront donc tout loisir de s'émerveiller devant ces animaux, végétaux, minéraux. Une grande palette de couleurs... 

Dans la grande galerie, au milieu des spécimens / © Christine le Hesran
Dans la grande galerie, au milieu des spécimens / © Christine le Hesran

Avec cette présentation, et notamment au premier étage, de l'environnement qui nous entoure en Aquitaine, " Ils se rendent compte de la nature qu'ils ont autour d'eux. " précise Lucie Loiseau. 
Dans la salle qui présente le milieu naturel du littoral aquitain, cette vitrine présente les polluants communs sur nos rivages / © Christine Le Hesran
Dans la salle qui présente le milieu naturel du littoral aquitain, cette vitrine présente les polluants communs sur nos rivages / © Christine Le Hesran


Museum du 21e siècle


Présentes sur le parcours des expositions, des bornes interactives. Nous sommes dans le muséum version 21e, forcément numérique. La pédagogie et l'interactivité sont désormais les piliers du lieu.
Il y a ce que l'on voit. On peut en savoir encore davantage pour qui le souhaite, feuilleter une encyclopédie mais en version numérique, comme l'explique Nathalie Mémoire : 

Les bornes permettent d'en savoir plus sur ce que l'on veut. On peut y passer le temps que l'on veut.   


Originalité du lieu revisité, signe de son époque, le " musée des tous petits " adapté aux enfants qui ne savent ni lire ni écrire.

On va y découvrir où sont les bébés, ceux qui sont dans les oeufs comme les autruches, ceux dans le ventre de la maman comme les mammifères, comme les humains eux-mêmes, où on va élever les bébés dans les nids, les terriers ? 

La sensibilisation n'attend pas, il n'y a pas d'âge pour découvrir le monde qui nous entoure, ça commence ici très tôt ! 
 

" Que voulons-nous pour demain ? "


Lucie Loiseau, elle, a voulu aussi nous montrer les bois de mégacéros, l'un des plus grands cervidés de tous les temps. Il ressemblait à un daim de grande taille, une taille exceptionnelle, et ses bois mesuraient jusqu'à 3,50 m d'une extrémité à l'autre. Lucie en parle au passé car il fait partie des espèces disparues exposées au muséum. 

L'espèce a disparu il y a 7 000 ans en Irlande lors de la dernière glaciation. Ça fait tilt, vu l'importance de la pièce que les visiteurs découvrent à l'entrée et qui impressionne. Aujourd'hui, il n'y a plus aucun cerf qui fait cette taille. 

Nathalie Mémoire, la directrice du muséum, replace l'homme dans ce contexte :

L'homme qui fait face à la nature, qui s'en est extrait, qui l'a exploitée, menacée, parfois détruite et nous essayons de terminer sur le questionnement que voulons-nous pour demain ? 

Une fois de plus, les espèces dont nous faisons partie, apparaissent tout en diversité et tout en couleurs, mais avec une très grande fragilité...

 
La protection de la planète et des espèces, dont la nôtre, est présente à tous les stades des expositions. / © Christine Le Hesran
La protection de la planète et des espèces, dont la nôtre, est présente à tous les stades des expositions. / © Christine Le Hesran


► Suivez le guide avec Cendrine Albo qui a visité les lieux avec la directrice du muséum, Nathalie Mémoire ► 

 
Visite guidée du nouveau muséum de Bordeaux


La restauration du muséum est le fruit de dix ans de travaux, semés d'embûches. Jetez un oeil dans le rétro avec cette histoire racontée par Cendrine Albo, elle nous replonge dans les années 60....

 
Un oeil dans le rétro
La restauration du muséum : une longue histoire - cendrine albo


France 3 lui consacre une émission spéciale présentée par Vincent Dubroca qui accueillera ses invités dans ce lieu revisité.
► Diffusion France 3 Aquitaine Samedi 30 mars à 20 h 15 et sur .3NoA dimanche 31 mars à 20 h 30. 

La page Facebook du muséum est très active et vous propose entre autre l'envers du décor ! 
 
 

Sur le même sujet

Un badge pour limiter les déchets

Les + Lus