• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Vignes et Pesticides en Gironde : un nouveau procès à Bordeaux

Sylvie Berger, entourée de ses soutiens, devant le tribunal. L'ouvrière qui travaillait dans les vignes veut faire condamner son employeur. / © Philippe Turpaud
Sylvie Berger, entourée de ses soutiens, devant le tribunal. L'ouvrière qui travaillait dans les vignes veut faire condamner son employeur. / © Philippe Turpaud

Sylvie Berger a rendez-vous devant le tribunal des affaires de sécurité sociale. Cette salariée viticole de Listrac, dans le Médoc est atteinte de la maladie de Parkinson. Elle attaque son employeur pour faute inexcusable.

Par Sandrine Papin

Sa maladie a déjà été reconnue comme maladie professionnelle mais Sylvie Berger, aujourd'hui âgée de 47 ans, ne veut pas en rester là.
Sylvie Berger et ses soutiens : les militants anti-pesticides du Médoc et Nord-Gironde. / © Philippe Turpaud
Sylvie Berger et ses soutiens : les militants anti-pesticides du Médoc et Nord-Gironde. / © Philippe Turpaud


Tout commence en 2012 en Gironde, l’un des départements les plus consommateurs de pesticides en France. Le 8 juin précisément. Une date ancrée dans la mémoire de cette ouvrière viticole du Médoc.

Ce jour-là, elle travaille sur une parcelle ou deux puissants herbicides ont été épandus la veille et l’avant-veille.
Sylvie Berger s’attelle alors à relever des fils mouillés, et attacher la vigne quand elle reçoit des éclaboussures au visage.

Les premiers symptômes apparaissent alors : sensations de brûlures, boutons dans la bouche, vertiges. Voici ce qu'elle explique dans un Extrait de " Pesticides : notre santé en danger ", une enquête d’Elizabeth Drévillon diffusée mardi 27 février 2018 sur France 2. Cash Impact.

En relevant les vignes, on a des éclaboussures au visage, explique-t-elle. Quand la température a commencé à monter, entre dix heures et midi, on a ressenti les symptômes… Brûlure au visage, les yeux qui pleurent, l’envie de vomir, mal à l’estomac… et les aphtes dans la bouche, en ce qui me concerne. A midi, on débauche et on va prévenir le chef. Il nous a dit de sortir des vignes, d’aller à l’ombre, de nous reposer et de changer de parcelle…

 

Quelques mois plus tard, son état devient préoccupant. L’employée connaît des problèmes d’orientation et de repère. Elle a du mal à marcher. Faire ses courses toutes seule devient alors impossible.

Ce sont les premiers signes d’une maladie qui sera diagnostiquée quatre ans plus tard.

En 2016, le verdict tombe : Parkinson. Impossible pour elle de reprendre son travail.

La justice a déjà reconnue la maladie professionnelle, mais Sylvie Berger veut d'obtenir réparation pour faute inexcusable.

Elle poursuit aujourd'hui son employeur devant le Tribunal des Affaires de Sécurité Sociale.

On m'a traité de menteuse, je mentais sur ma pathologie.


Ecoutez son témoignage ce matin devant le tribunal. ►
 
Elle veut faire condamner son employeur
Sylvie Berger, ouvrière dans les vignes : sa maladie professionnelle liée aux pesticides est reconnue.


Le Collectif Info Médoc Pesticides, Alerte Aux Toxiques et Alerte Pesticides Haute Gironde l'accompagnent. Ils ont organisé un rassemblement de soutien devant les marches du tribunal de Bordeaux ce lundi matin.

 

Sur le même sujet

Elle veut faire condamner son employeur

Les + Lus

Les + Partagés