Vins de Bordeaux : le tribunal correctionnel condamne les frères Médeville à six mois de prison et 30 000€ d'amendes

Le tribunal correctionnel de Bordeaux a condamné Jean et Marc Médeville, deux figures du vignoble bordelais à six mois de prison avec sursis et 30 000 € d’amende. 

Marc Médeville, du château Fayau à Cadillac
Marc Médeville, du château Fayau à Cadillac © Jean-Pierre Stahl

Le 28 mai dernier, Marc Médeville et son frère Jean comparaissaient devant le tribunal correctionnel de Bordeaux pour falsification et tromperie et détention irrégulière de sucre. Relaxé sur ce dernier chef d’accusation, les deux hommes ont tout de même été condamnés à six mois de prison avec sursis et 30 000 € d’amende, dont 15 000 € avec sursis. Leur exploitation à Cadillac, en tant que personne morale, a également écopé de 400 000 € d’amende dont 200 000 € avec sursis.

Erreurs administratives

Lors de l’audience du 28 mai, les deux frères avaient reconnu des erreurs administratives, mais avaient nié toute fraude sur leurs vins. Il leur était reproché des mélanges de vendanges ainsi que des assemblages de blanc, rosé et rouge, sans aucune tracabilité. Autre accusation, les deux hommes auraient commercialisé des vins sous des noms de châteaux. Au total, près de 3 000 hectolitres de vins auraient été frauduleux.

Des accusations qui avaient été réfutées par Jean Médeville. Il déclarait alors “aux grands dieux, je n’ai jamais produit ne serait-ce qu’une microgoutte de vin frauduleux, en dehors du cahier des charges et de l’AOC”.

La peine, de six mois de prison avec sursis, rejoint la requête du procureur de la république. En parallèle, il avait requis 50 000 € d’amendes pour les deux hommes et un million pour leur société. De son côté, l’INAO (institut national de l'origine et de la qualité) avait réclamé 36 000 € de dommages et intérêts. Enfin, la Fédération des Grands Vins demandait également un euro.

Ancien président de l’ODG (organisme de défense et de gestion) Cadillac, Jean Médeville avait démissionné de ses fonctions en mai dernier, suite à son audience. Son frère a quant à lui conservé ses fonctions de président, à l’ODG Bordeaux et Bordeaux supérieur.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société vins
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter