Incendies en Gironde. Grand chantier national, reconstruction des campings, moyens de lutte... ce qu'a dit Emmanuel Macron à la Teste-de-Buch

Publié le Mis à jour le
Écrit par MK

Le président Emmanuel Macron est arrivé ce mercredi après-midi à la Teste-de-Buch, une des communes girondines dévastée par un feu de forêt depuis huit jours. Il a notamment annoncé un grand chantier national de reconstruction.

Le président Emmanuel Macron est en déplacement en Gironde ce mercredi. Il est d'abord arrivé à la Teste-de-Buch, où il a rencontré et remercié les pompiers et différents acteurs engagés sur le terrain depuis huit jours dans la lutte contre l'incendie.

 

Bilan "exceptionnel"

"Je veux remercier l'ensemble de celles et ceux qui ont contribué à cet effort exceptionnel, a déclaré Emmanuel Macron qui a également salué le professionnalisme et le sang froid de Fabienne Buccio, la préfète de la région.

"Nos pompiers sont des héros absolus qui risquent leurs vies chaque jour", a poursuivi le président rappelant qu'aucune victime n'était à déplore malgré l'ampleur du sinistre. "C'est exceptionnel comme bilan". 

  Moyens de lutte contre le feu

Le président a indiqué que deux hélicoptères, permettant le largage ont été réquisitionnés ce matin en conseil de ministres. Alors que la polémique enfle sur le manque de moyens aériens contre les incendies, et notamment l'absence d'avions positionnés en Aquitaine, il a promis des décisions à ce sujet "dans les prochains jours". Les sujets seront abordés "sans tabou", a-t-il promis. 

 

"Les semaines qui viennent vont être très dures. L'investissement de la nation dans sa sécurité civile a augmenté de 40 % ces cinq dernières années. Nous avons la flotte la plus moderne d'Europe. 22 avions, 35 hélicoptères", a souligné Emmanuel Macron.

Le changement que nous sommes en train de vivre va nous imposer de prendre des décisions dans les mois qui viennent. Quels nouveaux moyens, comment les prépositionnel, comment améliorer la solidarité européenne.

Emmanuel Macron

Un grand chantier national

Le chef de l'Etat a annoncé un grand chantier national de replantation de la forêt. "Un grand chantier mobilisant l'ONF, les forestiers, les bénévoles, pour replanter une forêt dont nous allons bâtir des règles plus protectrices, des règles de prévention dans la durée.  

Il faut qu'il puisse y avoir ses sentiers, des chemins de passage.  Là, le travail des pompiers a été entravé parce que l'usage de la forêt n'était pas le bon", a-t-il déclaré.

 

 Aides aux sinistrés

Emmanuel Macron s'est également engagé à aider les employés et sinistrés économiques des incendies. "Nous allons accompagner les acteurs économiques, mettre en places des dispositifs de solidarité pour les employés", a-t-il garanti, évoquant des mécanismes de chômage partiel et d'accompagnement à l'activité.

Les campings seront reconstruits, mais différemment. Nous allons rebâtir les campings en respectant les règles de préservation du paysage du littoral  et de prévention des risques.

Emmanuel Macron

"Les avions, s'ils peuvent être là..."

Quelques temps avant de prendre la parole, Emmanuel Macron a échangé avec les pompiers, les policiers et les militaires présents pour l'accueillir. Il a également rencontré différents acteurs de terrain. Parmi eux, Bruno Lafont, maire de Biganos et président de la DFCI, l'association de Défense des forêts contre les incendies qui a tenu à lui glisser un mot.

"Pour la prévention il faut qu'on fasse quelque chose. On ne peut pas continuer comme ça, a-t-il déploré. Il faut que les Français et les Françaises comprennent que la forêt est fragile".

Le président de la DFCI a participé ces derniers jours à un déboisement volontaire de la forêt, dans l'objectif de limiter la propagation des flammes. Une opération qu'il a qualifiée de "crève-coeur". Il a profité de sa furtive rencontre présidentielle pour lui glisser un mot au sujet des moyens aériens.

Depuis le début des incendies, de nombreuses voix, dont celles des présidents des départements de la Gironde et des Landes, se sont élevées pour protester contre l'absence de Canadair positionnés en Aquitaine. "Après les avions s'ils peuvent être là", a poursuivi Bruno Lafont.
"On en tirera toutes les conséquences", lui a répondu Emmanuel Macron.

Voir l'échange entre Bruno Lafont et Emmanuel Macron 

 

"Construire le jour d'après"

Emmanuel Macron a également rencontré les propriétaires de campings, dont 5 ont été intégralement détruits par les flammes. "On a tout perdu. On l'a géré.  Mais on veut reconstruire notre camping", lui a-t-elle déclaré, visiblement émue, l'une d'entre elle.

"Vous êtes là devant moi, vos employés sont là et les vacanciers qui étaient chez vous sont là. C'était le premier objectif. Maintenant, il faut construire le jour d'après. On va évidemment lancer les travaux", lui a répondu le président de la République.

"Ce n'est pas une chose facile. On sait les faiblesses qu'il y avait dans cette forêt. Il faut qu'on rebâtisse, avec des règles de prévention. Tout le monde va s'y mettre, on va en faire un grand chantier national", a assuré le président au sujet de la forêt et de la Teste-de-Buch , dont 7 000 hectares ont été détruits par les incendies.

On sera là pour vous aider, vous accompagner. Il y a les assureurs qui sont là, mais il y a aussi les dispositifs nationaux. On va vous aider à reconstruire. Est ce que ça pourra être les mêmes campings qu'hier ? Je vous parle cash : non. 

Emmanuel Macron

"Il y en a plein d'entre vous qui avaient des contentieux ave l'Etat.  Les règles ont changé et ce n'était pas adapté. On va très vite bâtir les règles pour que ce qu'on reconstruise soit très vite aux normes", a poursuivi le chef de l'Etat. 

Attendu en sud Gironde

Le président doit ensuite poursuivre son déplacement girondin par une visite du poste de commandement opérationnel de Langon, pour évoquer la situation à Landiras où 13 600 hectares de forêt ont été détruits par les flammes.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité