Indemnisation des co-propriétaires du Signal : "la fin d'un mauvais feuilleton" pour le maire de Soulac-sur-mer

Les premiers versements d'indemnisation concernant le Signal pourront avoir lieu dès le mois de mars 2021. Un soulagement pour les co-propriétaires estime Xavier Pintat, le maire de Soulac. Ces derniers ne peuvent accéder à leurs appartements depuis 2014, l'immeuble menaçant de s'effondrer.

 Symbole des bouleversements climatiques avec la multiplication des tempêtes et l'érosion dunaire, l'immeuble "Le Signal"(ici en 2014), édifié en 1967, n'est plus qu'à une douzaine de mètres de l'océan.
 Symbole des bouleversements climatiques avec la multiplication des tempêtes et l'érosion dunaire, l'immeuble "Le Signal"(ici en 2014), édifié en 1967, n'est plus qu'à une douzaine de mètres de l'océan. © D.Trentacosta
Cela ressemble à l'épilogue d'un long combat qui témoigne de la ténacité des propriétaires. Depuis ce vendredi, les propriétaires d'appartements dans l'immeuble Le Signal à Soulac-sur-mer dans le Médoc peuvent souffler :  le protocole concernant leur indemnisation est enfin signé.
Au total, ce sont 7 millions d'euros qui serviront à indemniser les 75 propriétaires d'appartements de l'immeuble. 

Ces derniers ont jusqu'au 31 décembre 2021 pour se manifester et faire leur demande d'indemnisation, prise en charge par l'Etat à hauteur de 70% de la valeur d'origine de leur bien. Les premières indemnisations pourraient être versées à compter du mois de mars 2021. 


L'immeuble sera démoli

Les propriétaires devront toutefois accepter deux conditions pour cette indemnisation : transférer la propriété de leur bien pour un euro symbolique à la communauté de communes Médoc-Atlantique qui de son coté s'engage à démolir l'immeuble pour réaliser un projet d'aménagement de "renaturation du littoral."

Ils doivent également s'engager à renoncer à toute demande d'indemnités en lien avec des contentieux actuels ou futurs. 

Voir le reportage de France 3 Aquitaine
Indemnisation des co-propriétaires du Signal : "il fallait que ça se termine"


Symbole de l'érosion côtière

Depuis le mois de janvier 2014, l'immeuble le Signal, qui est situé en front de mer fait l'objet d'un arrêté d’interdiction définitive d’occupation. Les 75 propriétaires n'ont plus le droit d'y mettre les pieds. La cause : le recul du trait de côte et l'érosion côtière, qui menacent l'immeuble d'effondrement.

En juillet 2020, les modalités de l'indemnisation des propriétaires étaient adoptées par le Sénat. Mais à l'époque, le maire de Soulac-sur-mer, Xavier Pintat se gardait de crier victoire et préférait "attendre de voir comment ça se met en place". 
 

"La fin d'un mauvais feuilleton"

"C'est la fin d'une longue histoire, se réjouit désormais l'élu au lendemain de la signature du protocole. C'est la fin d'un mauvais feuilleton pour les co-propriétaires dont on comprend le désarroi, la douleur et le préjudice financier et moral"
Pour le maire, c'est également, du moins il l'espère, la fin d'une mauvaise publicité pour sa commune. "A chaque fois qu'on cherchait un symbole de l'érosion marine, on sortait le Signal", rappelle-t-il
 

C'est un soulagement pour nous, et pour les co-propriétaires. On voit une solution qui semble la meilleure possible. 
On règle ce problème, on va pouvoir démolir l'immeuble... c'est aussi un soulagement pour la ville de Soulac.

Xavier Pintat, maire de Soulac



Président du syndicat des co-propriétaires du Signal, Jean-José Guichet se réjouit lui aussi de voir aboutir ce processus "terriblement long". 

Il fallait que ça se termine. Vous dire qu'il y a une grande satisfaction, ce serait un bien grand mot. Mais il fallait qu'on arrête. Mentalement, ca va être un soulagement pour la plupart des co-prorpriétaires.

Jean-José Guichet, président du syndicat des co-propriétaires du Signal

"Quand j'ai acheté, je ne voyais pas la mer"

Construit en 1967, l'immeuble se trouvait à l'époque à 200 m du front de mer. "Quand j'ai acheté à l'époque, je ne voyais pas la mer, se souvient Jean-José Guichet. J'étais au premier étage,et il y avait des dunes devant".

Petit à petit l'océan grignote les terres devant le Signal, jusqu'au coup de massue en 2010. La tempête Xynthia qui d'un coup avale plusieurs mètres de sable. "Là, j'ai su qu'on était foutus", soupire Jean-José Guichet. 

L'impressionant recul du trait de côte est visible sur ces photos "avant"-après".

Une démolition en 2021

Le maire de Soulac Xavier Pintat est également revenu sur le financement des futurs travaux prévus dans les mois à venir. 
"La communauté de communes va devoir le démolir. Il devrait y avoir des subventions pour le faire, et ce poste est dans nos moyens. Cela devrait coûter à peu près 300 000 euros", a assuré l'élu. 
Le désamiantage de l'immeuble a lui déjà été réalisé, et financé intégralement par l'Etat, pour un montant de 870 000 euros. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
littoral aménagement du territoire environnement