Le nouveau navire des sauveteurs en Mer de la SNSM mis à l'eau sur le bassin d'Arcachon

Le premier des soixante-dix navires de la SNSM a été livré par le Chantier Couach de Gujan-Mestras sur le Bassin d'Arcachon. Une première étape avant une production intensive.

Ils étaient au premier rang pour ne rien rater du spectacle. Les bénévoles vendéens de la SNSM de l'Herbaudière ont assisté à la mise à l’eau du "Gustave Gendron" ce jeudi 21 octobre. En décembre, ces Sauveteurs en Mer prendront possession de ce navire de haute mer qui remplacera l’ancien, vieux de plus de trente ans.  

"C’est un bébé qui est en train d’être mis au monde. C’est quelque chose de très important pour nous, pour la station. On est les premiers. Ca valorise quelque chose. Il y a eu beaucoup de travail de fait. C’est un aboutissement. C’est une grande fierté" avoue Noël Meunier, le Président de la station SNSM de  l'Herbaudière.  

Ce navire est le premier d’une série de soixante-dix. Car pour la première fois de son histoire, l’association en charge du sauvetage en mer et de la surveillance des plages remplace toute sa flotte.  Sylvain Moynault, Inspecteur général SNSM de la zone Sud-Atlantique explique l'effet attendu : 

C’est un effet de standardisation. Les mêmes pièces, plus faciles à changer, un entretien plus facile et un coût de production qui est standardisé parce que, une fois qu’on a validé la tête de série, le chantier se contente de réaliser le modèle de la série.     

Le créateur Philippe Starck, l'un des pionniers du concept « design démocratique » en a signé l’identité visuelle. Le Chantier Naval Gujanais Couach  a assuré la construction.

C'est le résultat d’un travail collaboratif comme l'explique Jean-Jacques Toussaint, Chargé de projet SNSM au Chantier Couach :

"C’est un navire qui a été entièrement conçu en accompagnement avec les sauveteurs en mer et pour leur mission.  Dès le début on a intégré leurs contraintes opérationnelles, les facteurs humains et des systèmes dédiés type système de récupération de naufragé à l’arrière qui permet de récupérer facilement des naufragés  en protégeant un maximum les sauveteurs et la personne à secourir."

Pendant deux mois, les essais réglementaires vont se poursuivre afin de confirmer les performances (vitesse, manœuvrabilité, équipement et sécurité) et les qualités générales du navire. Ces essais seront conduits dans le bassin d’Arcachon. Le Gustave Gendron prendra ensuite la direction de Saint Nazaire où les bénévoles de la SNSMM seront formés à son bord. Un retour d'expérience nécessaire pour Coach avant la construction de 8 autres bateaux hauturiers. 

durée de la vidéo: 01 min 49
Le nouveau navire des bénévoles de la SNSM ©F3 Aquitaine

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
mer