Les maraîchers inquiets pour les cultures de printemps

Les pluies incessantes empêchent les plantations et asphyxient les graînes déjà plantées. Reportage chez un producteur en Gironde.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Alors qu'on parlait de déficit hydrométrique il y a quelques mois seulement, voilà que les agriculteurs sont confrontés à un trop plein d'eau. Leurs terres sont noyées et les légumes de printemps risquent de ne pas pouvoir être plantés à temps. 

"Je devrais semer des petits pois et travailler quelques parcelles mais s'il continue à pleuvoir je ne ferai rien. C'est impossible" explique Pierre Gratadour, maraîcher sur la commune du Haillan en Gironde. Il est inquiet de perdre ses plants de fèves mis en terre il y a quelques jours, menacés de pourrir sur place. "La plante respire par la feuille et la racine. Mais là on est en germination. Donc forcément si les racines ne respirent plus, la plante, elle, meure de suite". Et peut être sujette à nombre de maladies...

La météo ne s'annonce pas vraiment clémente dans les prochains jours avec un retour d'importantes précipitations entre vendredi et lundi. Ces quarante derniers jours, il est tombé l'équivalent de trois mois et demi de pluie dans la région.

Regardez le reportage réalisé par Sandrine Valéro et Dominique Mazères :

Les plantations sont impossibles tant que les terres sont grogées d'eau. Reportage au Haillan chez Pierre Gratadour, maraîcher.