• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Nuit des abattoirs : un face à face entre militants et éleveurs ce mercredi soir à Bazas en Gironde

La nuit debout devant l'abattoir de Bazas lors de la deuxième édition en septembre 2017. / © 269 Libération anaimale ( page Facebook )
La nuit debout devant l'abattoir de Bazas lors de la deuxième édition en septembre 2017. / © 269 Libération anaimale ( page Facebook )

Les militants antispécistes de l'assocation 269 libération animale vont se retrouver face aux éleveurs de la coordination rurale ce mercredi soir. C'est la troisième édition de cette mobilisation qui se veut plus offensive cette année. 

Par Christine Le Hesran

Combien seront-ils pour ce face à face ? D'un côté, des militants de l'association 269  Libération Animale. Cette association considère que le mouvement animaliste est trop pacifiste et qu'il doit désormais s'orienter vers des actions coups de poing et la désobéissance civile. D'où l'organisation de cette troisième édition des Nuits debout devant les abattoirs. Cinq sont visés en France dont l'abattoir de volailles de Bazas dans le Sud-Gironde. 
 
C'est devant cet abattoir que les militants se retrouvent face à face aux éleveurs ce mercredi soir
C'est devant cet abattoir que les militants se retrouvent face à face aux éleveurs ce mercredi soir


Le rendez-vous entre militants antispécistes est donc fixé à 19 heures pour y passer la nuit sous forme de veillée comme l'an passé au même endroit. Cette année, le ton est donné, plus "offensif", c'est ce qu'on peut lire sur leur page Facebook qui pour l'instant affiche 75 participants à 11 heures ce mercredi 26 septembre. 

Cette édition se veut plus « offensive » et nous tenons à maintenir l’image d’un mouvement fort, identique à celle véhiculée lors de nos actions de blocage, d’occupation ou de libération. Nous imposons notre présence et une pensée radicale. 

Mais la coordination rurale du département voisin, le Lot-et-Garonne, ne l'entend pas de cette oreille. Patrick Franken, à la tête de ce syndicat agricole, appelle à la mobilisation la sphère Aquitaine. L'an passé, il était déjà présent lors de cette nuit organisée par l'association. " Pas de confrontation directe, ce n'est pas le but. Nous c'est pour faire entendre la voix des éleveurs, de toute la filière. "

On a l'impression qu'ils se radicalisent ( les militants ). On n'est pas convaincu de leur nombre mais on remarque une action plus violente. 

Ces derniers temps, les actions des associations visant notamment les boucheries ont été remarquées. En réaction, les éleveurs sentent le besoin de faire connaître leurs pratiques : "Les éleveurs ont un métier respectable. L'issue des animaux, on la connaît mais c'est comme ça depuis la nuit des temps. La filière française est une des plus rigoureuses, avec des contraintes justifiées, jusqu'à l'abattae.
 

Si l'idée de contrecarrer tous les types d'élevage, la viande viendra d'ailleurs. "


Les militants de l'association 269 libération animale sont incités à prendre la parole et à déposer des bougies devant les grilles de l'abattoir. Ils espèrent réunir 600 personnes dans l'hexagone pour cette troisième édition. 
 

Sur le même sujet

Grogne des avocats

Les + Lus