• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Route du Rhum : où en sont nos Aquitains ?

Alors que les premiers bateaux sont attendus à Pointe-à Pitre ce dimanche soir (vers 22h heure locale et 3h en métropole). François Gabart, en tête, rattrapé par un Francis Joyon, volant à 31 noeuds de moyenne derrière lui, les Aquitains ne s'en sortent pas si mal.

Par CB

A la mi-journée Francis Joyon n'était qu'à 27 milles nautiques (50 kms) de François Gabart.

En tout cas François Gabart dit (lors d'une vacation ce dimanche matin avec le PC course) être prêt à un final en duo:

Ca promet un finish assez palpitant, un tour de Guadeloupe côte-à-côte ou, en  tout cas, pas très loin l'un de l'autre, ça peut être un scenario et je me prépare à ça.

Le tour de la Guadeloupe, ce n'est jamais simple surtout avec nos bateaux et avec le parcours imposé, très proche de la terre. C'est loin d'être simple, l'histoire, et ça risque de mettre du piment jusqu'au bout !

    Partis le dimanche 4 novembre à 14h02 précisément, les deux solitaires pourraient battre le record établi il y a quatre ans par Loïck Peyron (Banque Populaire VII) en 7 jours et 15 heures mais à 2, 3 heures près.
    Pour cela, le vainqueur doit couper la ligne avant 00h08 heures locales (05h08 en métropole).
       

Les trois Aquitains de la course

Loin derrière les monstres à trois coques, en plein coeur de l'Atlantique, la catégorie Imoca (monocoques de 18 m) est pour le moment dominée par Alex Thomson (Hugo Boss)(attendu vendredi si tout va bien)qui, pour sa première participation, pourrait succéder à Gabart.

Arnaud Boissières (La Mie Câline-Artipole)
L'Arcachonnais est à la 10è place dans cette catégorie Imoca (à env 832 nm, près de 1540 kms du premier de sa catégorie Alex Thomson)

Il avait été joint le 8 novembre dernier par le PC course :

Ça tape et ça mouille ! En soi, ça n'a rien de surprenant.
Après une journée particulièrement grise hier, un gris de grand Sud, le soleil s’installe enfin. Mais avant le beau temps - car tout se mérite - un énorme grain est venu rincer le bateau au lever du jour, avec de la grêle qui faisait mal à la tête ! Il a atteint plus de 50 nœuds !
Le bateau était en vrac et le bonhomme aussi.
Après cet épisode, la rotation tant attendue a enfin eu lieu et le soleil est arrivé. J’ai hâte de pouvoir retirer la combinaison et faire sécher l’ensemble "vêtements/bateau/skipper  !


Lalou Roucayrol (Arkema)
Le Médocain est à la 5è place en Multi 50 (à env 870 kms du premier de la catégorie, Armel TRIPON).

Dans la nuit de samedi à dimanche il voguait à 15 noeuds en moyenne.
Il a été joint vers 11h15 ce dimanche par le PC course(à près de 4000 kms encore de l'arrivée): 

Le vent est faible, c’est très variable, de 10 à 17 nœuds en force de vent. Là, je suis repassé sous gennaker mais les conditions restent très variables.
Ces derniers jours, j’ai surtout préservé le bateau. Je ne regrette pas de m’être arrêté (à Porto, NDLR), c’était une décision sage. Là, on va continuer à se tirer la bourre!

Pour moi, le flux est moins établi, il va falloir gérer le levier de vitesse et bien veiller à traverser l’anticyclone. Tant que la ligne d’arrivée n’est pas passée, il y a un coup à jouer.

Samedi, c’était un vrai bonheur, j’ai oublié un peu la course et j’ai profité de mon pilote qui fonctionne bien pour prendre du plaisir, faire de la glisse avec juste ce qu’il faut de vent et de vague. Il faut juste que je gère mon ego pour continuer à rester vigilant ! 

Les multi 50 reste assez groupés en direction de la Guadeloupe. / © www.routedurhum.com
Les multi 50 reste assez groupés en direction de la Guadeloupe. / © www.routedurhum.com

Jean Baptiste DARAMY (Chocolats Paries - Coriolis Composites)
Le navigateur basque est à la 11è place en Class 40 (à env 326nm /600kms du premier de la catégorie Yoann Richomme).
A la 11è place dans une catégorie nombreuse où 48 navigateurs sont encore en lice. Il est à près de 2558 nm soit un peu plus de 4700 kms de l'arrivée.

Il avait été joint le 7 novembre dernier:

 Je suis au près dans 20 nœuds de vent, j'ai deux ris GV et trinquette, j’attends le vent qui va se renforcer. Cette nuit, j'envoyais pas mal sous génois et GV 2 ris, j'ai fait des pointes à plus de 20 nœuds, il y avait des rafales à plus de 45 nœuds.

 J'étai en mode course, j'ai poussé le bateau à fond, je n'ai jamais poussé le bateau comme ça. L'idée, c'était de faire du Sud au plus vite pour se rapprocher des Açores rapidement, et vu qu'il y avait des conditions de glisse, il fallait avancer cette nuit. J'étais à l'intérieur du bateau en combi sèche prêt à actionner et j'étais sous pilote bien réglé : ça surfait à 20 nœuds, c'était aussi effrayant que magique.

C'était un bon moment de glisse, on avait l'impression de faire de la planche, c'était bien sympa. Là, on est de nouveau au près, donc ça va moins vite. Tout va bien, je n’ai pas de pépin, je touche du bois. Je fais attention au matériel, on a bien préparé notre histoire avant de partir, donc j'espère que ça va continuer comme ça. Maintenant, vivement que ça se calme un peu, parce que c'est quand même mes vacances, la Route du Rhum...
 

EN SAVOIR PLUS sur le site de la Route du Rhum

Sur le même sujet

Grogne des avocats

Les + Lus