Cet article date de plus de 5 ans

Vols d'huîtres entre ostréiculteurs dans le Bassin d'Arcachon

Une ostréicultrice à la retraite a été condamnée ce matin à 2 mois de prison avec sursis et 3500 euros de préjudice moral et frais d'avocat à rembourser à son voisin pour lui avoir volé des huîtres sur son parc. La victime regrette que d'autres vols n'aient pas été pris en compte dans ce jugement.
© CC by Baptiste Lafontaine via Flickr
Les vols d'huîtres sur le Bassin, les cas sont fréquents... mais tendent toutefois à se tasser depuis que les gendarmes maritimes et le syndicat conchylicole ont décidé de sérieusement s'attaquer au problème.

Prise la main dans le sac


L'affaire jugée ce matin au tribunal correctionnel de Bordeaux porte sur un vol du 30 septembre dernier. Une retraitée de la profession, âgée de 70 ans, avait été prise la main dans le sac par le propriétaire du parc. Ce jour là, il n'était pas revenu du bassin par le sud comme d'habitude, mais par le nord. La prévenue ne l'avait donc pas vu venir. Elle n'avait alors ramassé qu'une dizaine d'huîtres.

Sa condamnation est jugée peu satisfaisante par Olivier Demay, l'ostréiculteur victime du vol qui regrette qu'on n'ait "extrait qu'une partie du dossier". Selon lui il est reconnu qu'il y a eu "des vols antérieurs pour lesquels elle n'a pas été poursuivie". Mêmes regrets de la part de son avocat Me Alexis Garat qui affirme qu'"il transpire du dossier qu'on est sur des vols qui duraient depuis plusieurs années".

La profession veut la plus grande sévérité à l'encontre des voleurs


Le Comité Régional de la Conchyliculture a décidé de se constituer partie civile dans cette affaire. "Le comité souhaite qu'il y ait constitution de partie civile systématique" dans les affaires de vols d'huîtres explique Me François Ruffier, l'avocat du CRC. "C'est une façon pour nous d'intervenir auprès du parquet de Bordeaux pour que ces affaires soient poursuivies de façon sérieuse". L'avocat souligne l'interdiction de l'exercice professionnel requise par le procureur mais non suivie par les juges. Pour lui, c'est une excellente chose pour dissuader les voleurs.

La défense a pour sa part dénoncé une chasse aux sorcières. "Le comité développe des moyens démentiels, qui pousse les gendarmes à développer eux aussi leurs moyens. Pourquoi? pour pas grand chose en l'occurrence parce que ma cliente, c'est quelques huîtres qu'elle ramasse, à la main, dans le parc, à 70 ans".

La prévenue devra payer 1500 euros à la victime pour préjudice moral ainsi que 1000 euros pour lui rembourser ses frais d'avocats. 1000 euros également à payer au CRC pour le règlement des frais d'avocat. Elle écope par ailleurs de 2 mois de prison avec sursis. 

Regardez le reportage de Sandrine Valéro et Sylvie Tuscq-Mounet :

durée de la vidéo: 01 min 41
Vol d'huîtres entre ostréiculteurs jugé au tribunal correctrionnel de Bordeaux


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société ostréiculture agriculture économie