REPLAY. Second tour des municipales : ce qu'il faut retenir du débat entre les candidats à Ambazac

Publié le Mis à jour le

Une triangulaire et un duel à gauche pour le 2nd tour des élections municipales à Ambazac. Les 3 listes du 1er tour sont là, pas de désistement, pas d’alliance, les électeurs choisiront entre 3 candidats qu’ils connaissent bien : Stéphane Ché, Brigitte Lardy, et Jean-Jacques Blanvillain.

Voir ou revoir le débat entre les candidats du second tour des municipales à Ambazac 

 

Municipales 2020 à Ambazac : débat de l'entre-deux-tours ©France Télévisions

Ils ont dit...

Brigitte Lardy : 

« Le gymnase est sous-dimensionné, certains clubs sont obligés d’aller s’entrainer dans un gymnase à Bonnac-la-Côte. Nous notre idée c’est d’essayer de construire une infrastructure qui servira à tous les Ambazacois sur toute l’année. »

Jean-Jacques Blanvillain :

« On pense que cela serait bien et très utile de rassembler les deux écoles primaires, de les fusionner, et de les mettre sur un autre site, proche de la maternelle et proche du restaurant scolaire. »

Stéphane Ché :

« Dans notre programme, on a mis l’accent sur le lien social, favoriser le local et les circuits courts, et on a bien vu que c’est tout ce qui a compté pendant la crise. Du coup cela nous conforte sur les projets que l’on souhaite mettre en place. »

 

Une triangulaire et un duel à gauche

Deux liste sur la gauche, une à droite pour ces municipales 2020, la configuration politique est similaire à celle de 2014, où déjà s’affrontaient deux listes de gauche, l’une Front de gauche, l’autre Socialiste, et une liste de droite, avec, à l’époque une étiquette UMP. Comme en 2014 aussi, c'est la liste la plus à gauche qui est en tête.

L’actuel maire de la ville, Stéphane Ché, est arrivé en tête du 1er tour avec 44,5 % des suffrages. Membre du Parti Communiste, Stéphane Ché conduit une liste ancrée à  gauche Ambazac Continuons ensemble, il emmène avec lui une dizaine de conseillers de l’équipe en place pour briguer un 2eme mandat. Elu en 2015, après la démission de Josette Libert (élue maire en 2014 avec l’étiquette Front de gauche), Stéphane Ché a repris les commandes d’une commune dont les finances étaient mal en point. Après 5 ans de mandat, il a décidé de se présenter cette fois comme tête de liste.

L’autre liste de gauche et qui le revendique, Ambazac, c’est vous, a totalisé 34,17% des voix lors du 1er tour. Elle est emmenée par la socialiste Brigitte Lardy, qui siège déjà au conseil municipal, dans l’opposition. Brigitte Lardy est également conseillère départementale.

Le 3e candidat, Jacques Blanvillain, membre des Républicains, porte une liste Divers droite Ambazac, un nouvel horizon, qui a recueilli 21,28% des voix lors du 1er tour. Le maire de Limoges, Emile-Roger Lombertie, ainsi que Guillaume Guérin, 1er adjoint et président pour la Haute-Vienne des Républicains soutiennent cette liste. Jacques Blanvillain, connait bien la mairie, il est conseiller municipal d’opposition.

 

Municipales 2020 : triangulaire à Ambazac

 

Quelle participation ?

Sur le papier, au vu des résultats du 1er tour, les positions de chacun pourraient bien être conservées à l'issue du second tour. Stéphane Ché est en ballotage favorable pour efffectuer un nouveau mandat à la tête de la ville.

Mais l'élection peut réserver des surprises en fonction du taux d'abstention. Au 1er tour elle a atteint des records pour un scrutin municipal, plus d'un électeur sur deux ne s'était pas déplacé. 51,31 % d'abstention, c'est plus de 20 points supérieur au taux d'abstention des municipales de 2014 : 28,81% ! Un tel écart représente plus d'un millier d'électeur, c'est davantage que le nombre de voix obtenu au 1er tour par le 1er des candidats, Stéphane Ché a réuni 933 votants. Le niveau d'abstention va donc peser très fortement sur le résultat du second tour. 

 

Projets et priorités

Pour cette élection, avec la liste qu’il conduit, Stéphane propose 3 projets majeurs. L’actuel maire veut "développer l'approvisionnement alimentaire local et durable, construire une maison des associations et des bénévoles et retour de la baignade à l'étang du grand Jonas".

Jean-Jacques Blanvillain avec ses colistiers met en avant un projet phare : "la fusion des deux écoles primaires". L’objectif serait de regrouper sur un nouveau site maternelle, primaire et restaurant scolaire. Dans une partie des bâtiments ainsi libéré, le projet serait d’installer "une résidence senior".

Brigitte Lardy place avec ses colistiers au rang de leurs priorités "une révision du plan local d’urbanisme, la mise à l’habitude d’un nouveau gymnase et de nouveaux locaux pour le centre social".

 

Une dette toujours trop importante

Pour mener à bien leurs projets, il faudra aux futurs élus composer avec un budget contraint. Chaque candidat ne manque de le noter et exprime à sa façon son souci des finances publiques. Sur le tract de campagne de Jean-Jacques Blanvillain on note ainsi qu'il s'agit d'un "projet chiffré et cohérent", Stéphane Ché assure lui qu'il poursuivra une "politique de gestion rigoiureuse", quant à Brigitte Lardy, elle annonce un "audit indépendant" sur les finances municipales. 

De sage précautions de la part des candidats car l'endettement de la commune est toujours trop élevé. Le rapport d'observations définitives de la Cour régionale des comptes de juillet 2019 souligne que  "Le montant global de l’encours de la dette diminue de manière régulière. La capacité de désendettement s’est corrélativement améliorée, passant de 11,6 à 7,4 années de capacité d’autofinancement entre 2012 et 2017."

Mais les magistrats précisent aussi dans ce même rapport  que  "le niveau d’endettement communal reste à un niveau particulièrement élevé, deux fois supérieur au niveau moyen des communes de la même strate, offrant peu de possibilités de financements nouveaux".

Pour celui ou celle qui prendra la tête de la commune, les marges de manœuvre seront ainsi réduites. Les projets de campagne devront passer leur examen financier avant de se concrétiser. Il y aura, c’est certain, des choix à faire.