Commémorations du massacre d'Oradour-sur-Glane : une production littéraire foisonnante

Essais, recueils et même bandes dessinées... À l'approche des commémorations des 80 ans du massacre d'Oradour-sur-Glane, de nombreux ouvrages s'apprêtent à paraître en librairie. Revue de rayons...

Dans cette librairie du centre-ville de Limoges, la place est faite pour accueillir les nombreux ouvrages qui s’apprêtent à être publiés à l’approche des commémorations des 80 ans du massacre d’Oradour-sur-Glane.

Des livres qui prennent des formes différentes et proposent des approches variées de cet épisode tragique de l’Histoire haut-viennoise.

Dès qu’il y a un anniversaire, c’est l’occasion de sortir un livre. Mais honnêtement, je n’ai pas le souvenir qu’il y en ait eu autant pour les 70 ans d’Oradour-sur-Glane, par exemple…

Bruno Bariat

Responsable du rayon Histoire à la librairie « Page et Plume » à Limoges

Les essais

Ce 1ᵉʳ mai marque la parution aux éditions Flammarion de l’ouvrage « Oradour s’est tu » de Robert Pike. Il s’agit plus précisément de la republication en traduction française du livre paru en 2021 en anglais, et déjà vendu à plus de 10 000 exemplaires.
Car Robert Pike est un historien anglais, spécialiste de l’histoire de la France en Guerre. Il était présent en Haute-Vienne la semaine dernière, pour présenter son ouvrage lors de deux conférences à la chapelle de la Visitation à Limoges et au centre de la mémoire d’Oradour-sur-Glane.
Son livre raconte de façon très détaillée, presque ethnologique, ce jour funeste du 10 juin 1944. À travers de nombreux témoignages de survivants, il donne vie à la communauté villageoise d’avant le massacre.

Autre approche avec « Oradour-sur-Glane, 10 juin 1944, Histoire d’un massacre dans l’Europe nazie » de Nicolas Bernard, paru aux éditions Tallandier, en coproduction avec le ministère des Armées.
En s’appuyant sur de nombreux documents d’archives en français et en allemand, l’auteur y décrypte la stratégie nazie des « villages brûlés » menée à l’échelle de l’Europe, apportant un nouvel éclairage sur le « choix » d’Oradour-sur-Glane par la division SS Das Reich.

Les éditions HarperCollins s’apprêtent, quant à elles, à ressortir en juin l’ouvrage « Le dernier témoin d’Oradour-sur-Glane » de Mélissa Boufigi, co-écrit avec Robert et Agathe Hébras, et consacré au témoignage du dernier rescapé du massacre d’Oradour-sur-Glane (première publication en 2022). Cette édition spéciale 80 ans propose un chapitre inédit en hommage à celui qui s’est éteint en février 2023 à l’âge de 97 ans.

Les bandes dessinées

C’est un format qui devient de plus en plus à la mode pour évoquer les événements historiques : trois BDs consacrées à Oradour-sur-Glane s’apprêtent à sortir d’ici fin mai.

Il y aura justement l’adaptation en bande dessinée du livre « Le dernier témoin d’Oradour-sur-Glane » (cf ci-dessus), toujours proposée par les éditions HarperCollins, et qui sera disponible en librairie le 29 mai.

Un autre projet de BD a –lui– été initié directement par Robert Hébras avant son décès. Il souhaitait, par ce biais, sensibiliser encore davantage les jeunes générations sur cet événement historique et le devoir de mémoire. « Oradour 1944. L’innocence assassinée », paraîtra le 24 mai aux éditions Anspach. Cet ouvrage choral, que les auteurs Jean-François Miniac et Bruno Marivain ont conçu en collaboration avec plusieurs historiens, entend respecter la plus scrupuleuse véracité historique.

Enfin, la bande dessinée « Oradour-sur-Glane, 10 juin 1944 »  paraîtra le 22 mai aux éditions Petit à Petit. Un récit illustré de ce jour tragique, que l’on suit à travers plusieurs protagonistes, et enrichit de quelques pages documentaires. À noter que pour chaque BD vendue, 1 € sera reversé à la Fondation du patrimoine pour la restauration du village martyr.

Les recueils

Les éditions Sud Ouest publieront le 10 mai prochain « Le journal d’Oradour-sur-Glane, du 10 juin 1944 à aujourd’hui », de l’auteur saint-juniaud Jean-Paul Vigneaud, ancien journaliste à La Montagne puis à Sud-Ouest. L’ouvrage, largement illustré d’images d’archives et notamment d’articles de la presse locale de l’époque, retrace l’histoire d’Oradour-sur-Glane sur huit décennies, du massacre à la reconstruction du village.

Le centre de la mémoire d’Oradour-sur-Glane présente également deux ouvrages à l'occasion des commémorations. « Oradour, objets en héritage » revient en illustrations sur l’exposition qui présente depuis l'an dernier plus de 200 objets récupérés peu après le massacre dans les ruines du village martyr, témoins de la vie quotidienne avant l’horreur.

L’album « Raconte-moi mon village ! », également publié par le Centre de la mémoire, a été écrit et illustré par les élèves de l’école d’Oradour-sur-Glane. Il raconte l’histoire d’un village comme les autres, avant la tragédie, un village marqué par les concours de pêche, les fêtes des moissons, les mariages et les jeux d’enfants.

L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité