Grève SNCF : le Limousin fortement touché

Publié le Mis à jour le

Le mouvement social lancé par les contrôleurs perturbe fortement la circulation des trains ce vendredi 2 décembre 2022. 40 % des Intercités et TGV sont annulés sur l'ensemble du territoire, jusqu'au 5 décembre. Quelle est la situation dans le Limousin ?

"Dès que les gens ont des problèmes avec la SNCF, c'est sur les contrôleurs que ça tombe."

Depuis 17 ans, Aurélien Martinez est contrôleur SNCF. Il dit avoir vu son métier être bouleversé. "J'ai commencé comme job d'été, et ça m'a plu, se souvient-il. L'autonomie, pas de routine... A l'époque, la relation avec le voyageur était chouette." 

Mais cette relation s'est détériorée selon lui. Aurélien Martinez, également représentant du syndicat Sud Rail blâme le contexte sanitaire et économique anxiogène, mais aussi une charge de travail qui ne fait qu'augmenter.

 "Lorsque j'ai débuté, j'embauchais à 12 heures et je revenais le lendemain à la même heure. Maintenant, je pars de plus en plus souvent pour 36 heures loin de chez moi, déplore-t-il. Il y a une souffrance de mon corps de métier. Car dès que les gens ont des problèmes avec la SNCF, c'est sur les contrôleurs que ça tombe."

Comme le reste de sa profession, Aurélien Martinez demande la création d'un statut propre aux contrôleurs. Du 2 au 5 décembre 2022, il est en grève pour obtenir de meilleures rémunération et perspectives de carrière. 

Quel impact sur le Limousin ? 

La grève touche principalement les trains longue distance, comme le souligne la SNCF. La société déclare que seulement un Intercités sur deux circuleront à l'échelle nationale. Qu'en est-il pour la ligne Limoges-Paris ? 

Sept trains étaient prévus ce vendredi 2 décembre après-midi ; seuls deux ont été maintenus. Pour ce week-end, la grève semble se maintenir. Samedi, onze trajets en direction de la capitale étaient annoncés : quatre sont annulés. Dimanche, rebelote. Cinq trains annulés sur les douze habituels. 

Pendant cette grève, que votre train soit maintenu ou annulé, votre billet TGV, Inoui, Ouigo ou Intercités pourra être remboursé dans sa totalité. Vous pouvez aussi échanger sans frais votre ticket pour un autre train jusqu'au 8 décembre inclus. 

Un mouvement clivant, même pour les syndicats

La CGT n'est pas partie prenante à ce mouvement syndical. Loïc Coudert, secrétaire général de la CGT "région de Limoges" et aiguilleur cheminot regrette des demandes catégorielles. 

"La CGT n'appelle pas à la grève, elle ne fait pas partie du calendrier revendicatif, relate-t-il. Tout cela ne concerne que les contrôleurs, alors que l'on aurait aimé des revendications pour l'ensemble des agents de la SNCF. "

Le syndicaliste aiguilleur cheminot déplore une grève qu'il considère peu suivi. Il conclut : "Nous préférons les actions qui puissent bénéficier à l'ensemble des salariés."

"Il y a une grosse colère, et il faut l'entendre."

Loïc Coudert, secrétaire général de la CGT "région de Limoges"

Le syndicat Sud Rail porte un autre discours. Le choix a été fait d'accompagner les contrôleurs malgré des revendications catégorielles. L'un de ses représentants, Sylvain Bongrand, conducteur SNCF, exprime un "ras-le-bol général".

"On a des métiers dévalorisés, déplore-t-il. Les agents sont de plus en plus isolés, et reçoivent un nombre croissant de menaces et d'insultes... A Sud Rail, nous considérons que nous ne sommes que l'outil du salarié. Nous n'avons pas vocation à juger les revendications, mais uniquement à les mettre en avant et à les accompagner."

"Mercredi, c'est une autre bataille"

Ce mouvement de contestations intervient alors que des négociations annuelles obligatoires s’engagent au niveau du Groupe SNCF la semaine prochaine, le mercredi 7 décembre. "Ce sera une autre bataille", précise le contrôleur Aurélien Martinez.

Parmi les syndicats, aucun n'ignore cette date butoir. " Dès mercredi, la direction rouvre des négociations salariales générales, rapporte Sylvain Bongrand. Ce sera l'occasion de se battre pour le pouvoir d'achat et augmenter les salaires. "

Et cette fois, la CGT sera bien là. "Nous appelons à la grève mercredi 7 décembre, clame le représentant local de la CGT Loïc Coudert. On espère une mobilisation plus importante. Sur la question des salaires, il y a une grosse colère, et il faut l'entendre."

Une forte mobilisation est donc attendue en milieu de semaine prochaine. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité