Cet article date de plus de 4 ans

Amiante : des anciens salariés de Valéo témoignent

A Limoges, dans le cadre des 2e rencontres du cinéma, est projeté en avant-première le documentaire"Les sentinelles" de Pierre Pezerat. Un film sur les lanceurs d'alerte de catastrophes sanitaires comme l'amiante ou les pesticides. Rencontre avec des Limougeauds, victimes de l'amiante.
Patrick Eustache et Roger France, ouvriers chez Valéo pendant plus de 30 ans, ont créé une association en Haute-Vienne pour indemniser les victimes de l'amiante. Depuis, près de 120 dossiers ont été gagnés à ce jour. Le préjudice d'anxiété a été reconnu, la maladie pouvant survenir 30 ou 40 ans après l'exposition.

Des victimes Haut-Viennoises


Plusieurs associations fédèrent les victimes de l'amiante et leurs ayants droit. L'une de nos équipes a rencontré d'anciens ouvriers de l'équipementier automobile VALEO, où comme sur d'autres sites industriels l'amiante a été utilisée sans précaution. La nocivité de l'amiante étant connue depuis au moins 1945, l'entreprise a depuis été condamnée pour faute inexcusable

durée de la vidéo: 02 min 09
Témoignages victimes de l'amiante ©France 3

Une réalité qu'on préfère taire 


Selon le site du ministère de la Santé, la mortalité des personnes exposées à l'amiante est en train de diminuer. Les projections de l’institut de veille sanitaire, elle se stabilisera vers 2030 au niveau où elle était à la fin des années 1970, ce qui correspond en termes de mortalité entre 245 et 310 décès annuels chez les hommes et entre 104 et 209 chez les femmes.

Répercussions à long terme 


Bien que la mortalité par mésothéliome ait commencé à décroître plus tôt que ne le pensait les pouvoirs publics, il faut néanmoins s’attendre à 18 000 à 25 000 décès par mésothéliome d’ici à 2050 en France, et de 50 000 à 75 000 décès en ce qui concerne les cancers broncho-pulmonaires en lien avec une exposition à l’amiante.

 


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société industrie économie