B Cell Design à Limoges : les inventeurs d'un traitement contre le cancer colorectal licenciés de l'entreprise qu'ils ont fondée

Publié le Mis à jour le
Écrit par Franck Petit .

A Limoges, Armelle Cuvillier et Gaël Champier ont été licenciés de l'entreprise qu'ils ont créée, après s'être illustrés dans la lutte contre la Covid 19 et le cancer colorectal.

Vivez le Festival Interceltique : Le Festival Interceltique de Lorient 2022

B Cell design est avant tout l'histoire de deux scientifiques brillants qui ont décidé de vivre et travailler à Limoges. En 2007, Gaël Champier et Armelle Cuvillier ont créé une entreprise de biotechnologie dont l'objectif était de faire de la recherche scientifique. Ils ont axé leurs travaux sur les IgA, des anticorps que l'on trouve sur les muqueuses humaines.

Crise du Covid 

B Cell Design a beaucoup fait parler d'elle en 2020 au moment de la pandémie de Covid 19. L'entreprise a en effet entrepris de créer un test de dépistage en s'appuyant sur ses travaux. Son objectif était aussi de créer un collutoire capable de tuer le virus dans la gorge des patients, avant qu'il n'entre à l'intérieur de l'organisme.

L'armée française a fait assez confiance aux deux chercheurs pour financer leur travail à hauteur de 280 000 euros. Pour l'heure, les recherches sont encore en cours.

Cependant, L'immunologiste Stéphane Paul, membre du comité scientifique des vaccins et chef d'équipe du centre international de recherche en infectiologie (CIRI), a pu se fournir en matériel moléculaire auprès la société limougeaude, pour vérifier qu'il était plus efficace de se faire vacciner contre la Covid avec des vaccins de marques différentes (Pfyzer, Moderna, ou AstraZeneca). Son étude a été menée sur 50 000 patients et a fait l'objet d'une publication dans la revue scientifique Nature.

Il y a quelques jours, Armelle Cuvillier a été faite chevalier de la légion d'honneur par la préfète de la Haute-Vienne, à la demande du ministre des Armées pour son travail sur la Covid 19.

Cancer colorectal

Mais les recherches menées par Armelle Cuvillier et Gaël Champier sont bien plus avancées dans la lutte contre le cancer colorectal.

Après plus de 15 ans de travail, en collaboration avec l'Université de Limoges et de nombreux autres partenaires, les 2 chercheurs pensent avoir trouvé un médicament qui pourrait s'attaquer directement aux tumeurs malignes à l'intérieur du colon. Les résultats sont tellement prometteurs que les essais cliniques sur l'homme pourraient commencer dans 2 ans. Le traitement pourrait être sur le marché dans 6 à 8 ans.

Mais à l'automne 2021, le tribunal de commerce de Limoges a mis B Cell Design en redressement judiciaire. La start up engloutissait en effet beaucoup d'argent pour travailler, sans générer de chiffre d'affaires. 

Pour arriver à un résultat concret sur le cancer colorectal, il lui manquait alors 500 000 euros et 6 mois de travail. Le cancer colorectal fait 15 000 victimes par an en France. 

C'est à ce moment que le groupe Inoviem est intervenu. Il a racheté la majorité des actions de l'entreprise, pour la refinancer. 

Licenciement

6 mois plus tard, Gael Champier et Armelle Cuvillier ont été licenciés de la société qu'ils ont créée et dans laquelle ils se sont tellement investis. Un semestre au cours duquel le savoir faire lié à la molécule a été transféré à une autre société pour qu'elle poursuive son développement dans le cadre d'un contrat de licence.

Mardi 20 septembre 2022, ils étaient au tribunal de Prud'hommes de Limoges pour une audience de conciliation qui n'a malheureusement pas abouti. L'affaire devrait d'être jugée dans les prochains mois.

Nous avons pu joindre Pierre Eftekhari, président du groupe Inoviem. Sur les raisons du licenciement des deux fondateurs de B Cell Design, il affirme : "On a trouvé des manques importants dans la direction et la stratégie de l'entreprise qui a donc été mise en péril. On est en train de voir précisément quelles erreurs ont été commises".

Gael Champier et Armelle Cuvillier notent cependant que les fautes qui leurs sont reprochées n'ont strictement rien à voir avec la stratégie d'une entreprise qu'ils ne dirigent plus depuis fin 2021.

La procédure de licenciement ne met en avant aucune faute stratégique. Je suis très étonné de cet argument qui est pour moi diffamatoire. Je considère que ce licenciement est sans cause réelle. Je ne l'accepte pas et je vais faire valoir mes droits.

Gaël Champier, co-fondateur de B Cell Design

L'annonce des deux licenciements commence à faire des vagues dans la communauté scientifique. Pour l'immunologiste Stéphane Paul, "B Cell Design est assez unique en France. Armelle Cuvillier et Gael Champier ont une capacité de travail incroyable. Ils ont donné leur vie à leur société. Ce qui leur arrive est vraiment malheureux. Ils ont fait tout un travail avec l'Université de Limoges pendant des années".

L'avenir de l'entreprise

B Cell Design compte encore 7 salariés. Selon Pierre Eftekhari, président de Inoviem, l'avenir de l'entreprise est assuré à Limoges. Elle pourrait se spécialiser dans différents tests de diagnostic de maladies humaines liées à des virus.

Son  principal savoir-faire est la fabrication d'anticorps de synthèse très proches des anticorps humains.

Pierre Eftekhari affirme n'avoir aucune raison de quitter le Limousin avec la technologie de B Cell Design : "Je n'ai pas d'argument pour l'envisager. Il y a l'historique du site de Limoges et surtout le savoir-faire des collaborateurs."

Reste que le président d'inoviem n'évoque plus un autre axe de recherche de B Cell Design. La société travaillait à bloquer le virus du Sida avant qu'il n'entre dans l'organisme. Elle avait du stopper ces recherches faute de financement.

 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité