Elections à l'Université de Limoges : le président sortant Alain Célérier en difficulté

L'ensemble des personnels et étudiants de l'université de Limoges ont voté cette semaine pour désigner leurs représentants dans les différentes instances. Contesté par la présence de deux autres listes, le président sortant Alain Célérier n'est pas certain de conserver son siège.
 
© Martial Codet-Boisse - France 3 Limousin
La bataille attendue pour la présidence de l'Université de Limoges a bien eu lieu. Le président sortant, Alain Célérier, élu sans adversité il y a quatre ans, a du, cette année, affronter deux listes concurrentes, celle d'Isabelle Klock-Fontanille et celle de Didier Tsala.
 
Sur les deux collèges des enseignants chercheurs au conseil d'administration, représentant 956 électeurs inscrits, et 717 votants, la liste "Ce qui nous lie" d'Isabelle Klock-Fontanille obtient le plus grand nombre de voix (291) devant celle d'Alain Célérier (273) et celle de Didier Tsala Effa (153).

La forte participation et le nombre de voix obtenues par notre liste témoignent d'une adhésion à notre programme et d'une volonté de changement de la part de la communauté universitaire. La seule alliance possible est celle qui consiste à proposer une alternative légitime qui respecte l'identité des projets portés par chacun des candidats. Isabelle Klock-Fontanille

Mais en nombre de siège, compte tenu des calculs différents dans les deux collèges, la liste d'Alain Célérier en obtient 7, Isabelle Klock-Fontanille 6 et Didier Tsala Effa 3.

Sur un total de 36 membres au sein du conseil d'administration (16 représentants des enseignants chercheurs, 6 pour les personnels non-enseignants, 6 pour les élèves, et 8 personnalités extérieures), Alain Célérier devra donc compter sur le soutien d'autres représentants pour obtenir une majorité et conserver sa présidence lors du vote du 18 décembre prochain.

Ce résultat n'est pas satisfaisant, alors que nous portons un projet original pour l'avenir de l'Université de Limoges. Nous n'avons pas obtenu la majorité absolue et il va être compliqué de conserver la présidence.Tout va se jouer avec des alliances en fonction des projets pour l'avenir. Alain Célérier

Le projet d'établissement expérimental porté par Alain Célérier prévoit la création de cinq "quartiers de l'innovation" correspondant à des périmètres scientifiques, ce que lui contestent ces deux adversaires qui peuvent se retrouver en position de force s'ils parviennent à s'associer.

Concernant, le collège des étudiants, la liste PAUSE (Pour une Alternative Universitaire Solidaire et Ecologiste) qui menait sa première campagne, indépendamment des organisations nationales, arrive en tête avec 44,3% des voix.

Sur les 17222 étudiants inscrits, seulement 2215 ont voté, soit un taux de participation de 12,9%.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
université éducation société