EN IMAGES. L'étrange et étonnante tradition des fontaines de dévotion, considérées comme miraculeuses

Soigner son ventre, trouver un mari, permettre aux "fous de retrouver la raison" : les bonnes fontaines sont nombreuses en Haute-Vienne et associées à des traditions anciennes. À découvrir grâce à l'incroyable fonds photographique de la photothèque Paul Colmar.

Depuis des temps immémoriaux, les fontaines de dévotion sont censées soulager tous nos maux et elles sont nombreuses dans la région.

Exemple à Bujaleuf en Haute-Vienne avec la source Saint-Martin : le jet d'eau récupéré dans la cruche servait, dit-on, à soigner les enfants. 

À Cussac, il existe trois bonnes fontaines : une pour les pieds, la seconde pour la tête et les convulsions, et la dernière, située dans le pré, était censée guérir les maux de ventre.

 

On la boit, on y laisse des ex-voto ou encore des bouts de linges, des vêtements appartenant aux malades ou de la monnaie que l'on jette dans la source ou que l'on cache dans la fente d'un rocher.

 

Autre tradition, les jeunes femmes y déposent leurs épingles à cheveux, espérant ainsi pouvoir se marier dans l'année.

 

À Saint-Victurnien, on y laisse les fous en espérant qu'ils reviennent à la raison. 

Chaque 30 avril, une procession attirait des centaines de pèlerins à Compreignac pour honorer Saint-Eutrope.

Des bonnes fontaines christianisées, parées en leur temps de vertus magiques, et que beaucoup ont oublié aujourd'hui. 

 

L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité