Les horticulteurs de Limoges ont dû gérer la canicule et la sécheresse

Publié le Mis à jour le
Écrit par Pascal Coussy
Avec la canicule et la sécheresse les horticulteurs de Limoges comme Anne-Cécile Caillaud ont dû s'adapter
Avec la canicule et la sécheresse les horticulteurs de Limoges comme Anne-Cécile Caillaud ont dû s'adapter © Jean-Marie Arnal

Avec des températures de 45°C sous-abri et une sécheresse qui incite à économiser les ressources en eau les horticulteurs de l'aglomération de Limoges ont dû s'adapter pour continuer à travailler.

35°C à 11h00 du matin au Vigen dans la banlieue de Limoges, 45 °C sous la serre d' Anne Cécile Caillaud : ces derniers jours les conditions météo ont été difficiles pour les horticulteurs.

Température élevée et sécheresse combinée n'ont pas facilité la tâche de ceux qui vivent de la culture de végétaux parfois fragiles et sensibles à la température, à l'hygrométrie et à l'ensoleillement.

Des plantes qui ont besoin d'eau, une denrée devenue rare ces derniers temps, et dont l'usage a été réglementé par les autorités.

Au Vigen, l'entreprise a son propre point d'eau et peut donc arroser plusieurs fois par jour.
 

L'eau : une ressource qu'il faut désormais économiser


Pour d'autres horticulteurs plus proches du centre-ville, il faut utiliser l'eau de la ville.

A l'heure où les particuliers n'ont plus le droit d'arroser leur jardin tout gaspillage est donc impossible. La ressource en eau doit être utilisée avec parcimonie.

Pour pouvoir continuer à arroser ses plantes et préserver l'activité de son entreprise Philippe Baylet a donc installé un système de recyclage
L'eau est distribuée à l'aide d'un goutte-à-goutte et récupérée pour être réutilisée sur d'autres plantes. 
 
Les horticulteurs de Limoges doivent gérer la canicule et la sécheresse ©France 3 Limousin

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.